Autres

Claude Parent (1923-2016), un marginal omniprésent

Mots clés : Architecte

Depuis les années 1950, Claude Parent, décédé le 27 février, était un personnage à la fois omniprésent et marginal dans le paysage architectural et artistique français. Au cœur de nombre des grands débats qui ont animé la profession après-guerre, il a toute sa vie cultivé le goût de la communication, de la provocation et du paradoxe. Ses projets, ses réalisations comme ses nombreux écrits en ont fait un opposant permanent aux académismes de tout poil, ce qui ne l’empêcha pas de devenir lui-même académicien. Paradoxal, Claude Parent demeurera l’un de ceux par qui passe la compréhension de la seconde moitié du XXe siècle.

Né en 1923 à Neuilly-sur-Seine (où il vivra dans une maison qu’il a lui-même construite, voir p. 8-9), Claude Parent s’oppose rapidement à l’enseignement sclérosé des Beaux-Arts de Paris. En 1949, avec Ionel Schein, il demande ainsi à Georges-Henri -Pingusson, qu’il considère comme le plus ouvert de sa génération, d’y diriger un atelier libre. Mais Parent va plus loin encore dans son refus du système : à l’aube de ce qui ne ressemblera pas à une carrière mais plutôt à un parcours, parfois chaotique, il se brûle en partie les ailes en choisissant de ne pas passer son diplôme. Il dessine et construit alors, avec Ionel Schein, -plusieurs maisons individuelles, et engage des réflexions sur l’habitat pour la classe moyenne, les arts ménagers et l’architecture-sculpture. Sa rencontre avec André Bloc constitue la deuxième étape décisive pour Parent : accueilli par celui-ci au comité de rédaction de L’Architecture d’aujourd’hui, il intègre dans le même temps le groupe Espace, où il fréquente notamment Fernand Léger, Sonia Delaunay et Victor...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 250 du 20/04/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X