Architecture et urbanisme Equerre d'argent

Cité des métiers à Pantin (Seine-Saint-Denis) – Hermès en sa fabrique s’est habillé de brique

Mots clés : Communication - marketing - Prix d'architecture - Produits et matériaux

«Présence, prestance et élégance ! », cette fière exclamation, qui pourrait être la devise même de la maison Hermès, sort de la bouche d’un des jurés des Prix d’architecture du Moniteur qui jugeait à sa façon la Cité des métiers que le célèbre maroquinier de luxe a implantée à Pantin. Dans un centre-ville en pleine métamorphose, en cœur de ZAC, c’est là en effet qu’Hermès a édifié sa « forteresse » : quatre nouveaux bâtiments en extension de constructions existantes qui occupent aujourd’hui la majeure partie d’un îlot. Une véritable petite ville dans la ville, conçue par l’agence d’architecture RDAI, où sont regroupés ateliers de confection, bureaux, restaurants d’entreprise, crèche, salle de fitness, espace d’exposition, réserve muséographique pour les collections anciennes, parkings souterrains, etc. Sans oublier cinq jardins thématiques, créés par le paysagiste Louis Benech, qui occupent les vides entre les bâtiments à la façon de squares. « Ils ont donné le maximum au personnel ! », observe un autre juré.

Opacité et transparence

Au terme de ce travail « architectural autant qu’urbain, qui remet de l’activité au cœur de la ville », ainsi que l’a relevé le jury, une voie piétonne a été créée qui dessert le bâtiment d’entrée ainsi qu’une nouvelle place de marché. Un travail de dentellière pour s’adosser aux pignons existants, se glisser dans les interstices puis se développer en profondeur d’îlot, composer avec les reculs, les vues et les gabarits autorisés… Côté rue, les façades se vêtent de briques, couronnées par les lignes brisées des pans de la toiture en zinc. Une architecture « discrète, intégrée, pas spectaculaire », apprécie un juré. Derrière ce visage homogène et massif, où l’opacité règne – secret de création oblige -, place à la transparence en cœur d’îlot, grâce aux vides ménagés entre les bâtiments et occupés par les jardins. Ainsi le corps principal profite-t-il d’un recul important pour afficher une façade entièrement vitrée, avec des coursives extérieures qui prolongent les espaces de travail, véritables balcons sur des jardins « hélas non accessibles au public », a regretté un juré…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Denis Montel (à g.) et Nicolas Karmochkine, architectes, RDAI Architecture.

La Cité des métiers Hermès est un projet d’architecture intégré au projet urbain d’une ZAC que nous connaissons bien ! Hermès y est en effet installé depuis 1993. Avec son site de production, la société a décidé de pérenniser sa présence à Pantin en s’agrandissant pour pouvoir accueillir 1 400 collaborateurs.
Il s’agissait pour nous d’implanter un solide programme d’activités en plein centre-ville, d’imaginer un nouvel îlot et de trouver la juste place pour s’inscrire dans une histoire architecturale déjà très dense. Autant de préalables qui nous ont conduits à ne pas rechercher le spectaculaire à tout prix, mais plutôt à tenter de révéler le tout par le détail.
Chacun des bâtiments assume à sa manière sa dualité : côté rue, un visage urbain qui exprime une idée de force, de masse, de présence. Côté intérieur, ce sont la transparence, la légèreté et l’intimité qui priment. C’est aussi une réalisation qui s’appuie sur l’histoire et la force des lieux, où l’architecture réinterprète la diversité des métiers d’Hermès en accord avec les ambiances de la ville. Enfin, nous avons également cherché à valoriser l’idée de « Cité » qui convient parfaitement au programme.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : SCI Auger Hoche ; Ascoreal, assistant à la maîtrise d’ouvrage. Maîtrise d’œuvre : RDAI Architecture, architectes associés (Rena Dumas, Denis Montel & Nicolas Karmochkine), mandataire. Julia Von Sponeck, Sybille Pöehler, Maryline Gillois, chefs de projet (études) ; Pierre Caltagirone, chef de projet (exécution). Louis Benech, paysagiste ; RDAI, architecte d’intérieur ; Cécile Buhagiar, chef de projet. Calq, architecte d’exécution. BET : Alto Ingénierie (fluides et HQE), VP & Green (structure et façade), AEI (économiste), ACL (éclairagiste), CIAL (acousticien). Surfaces : 28 000 m2 Shon, 50 000 m2 Shob.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X