Focus Suresnes

choisit la « green attitude »

Mots clés : Aménagement paysager - Eau - Energie renouvelable - Espace vert - Gestion des déchets

La densité du tissu urbain de la ville n’empêche pas le SEV de mener une politique environnementale volontariste.
Une facture d’eau divisée en deux, des applications phytosanitaires en constante régression, la valorisation des déchets d’élagage… Suresnes se veut une « ville verte ».

Ici, à Suresnes, aux portes de Paris, les réserves spatiales disponibles sont rares… À tel point qu’aujourd’hui, en matière de projets, on parle plus d’espaces de proximité – squares, massifs le long des voiries, plantations d’arbres d’alignements – que de grandes opérations. La commune possède toutefois 1 hectare de vignes et deux grands parcs : celui du Château, en bordure de Seine, et celui des Landes, au pied du Mont Valérien, avec son fort dont l’enceinte est toujours domaine militaire. Sa situation géographique, point culminant de l’Ile de France, et son caractère protégé permettent le développement d’une flore aussi riche qu’abondante qui se révèle un atout essentiel pour la biodiversité locale. Un accord a d’ailleurs été passé avec un apiculteur de Puteaux pour y installer des ruches. Les abords du site comprennent également des boisements, un parc, des terrains de sports et sont gérés par le département ou la ville, celle-ci ayant également en charge les ronds-points et terre-pleins situés au cœur des axes circulants où l’utilisation de tapis fleuris précultivés limite la durée d’intervention des jardiniers sur ces lieux à risque. Pour le fleurissement, un quart des végétaux sont produits dans les serres municipales, le reste étant acheté.

Deux fois moins d’eau.

Comme de nombreuses collectivités, Suresnes s’est engagée dans la mise en œuvre d’une gestion respectueuse de l’environnement : utilisation de véhicules électriques et de panneaux solaires pour la programmation de l’arrosage, protection biologique intégrée dans les serres, réduction de l’usage des produits phytosanitaires, paillage des massifs,...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 332 du 05/09/2010
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X