Régions

châteauroux Un renouvellement urbain exemplaire

Mots clés : Politique de la ville

En 2004, Châteauroux était la deuxième ville française à signer une convention de renouvellement urbain avec la toute nouvelle Anru. Cinq ans après, ce programme arrive à son terme avec le lancement des derniers chantiers, ce qui fait de Châteauroux une « réussite exemplaire », selon Gérard Hamel, président de l’Anru. La convention de 2004 listait 75 opérations à réaliser (avec 614 démolitions, 331 reconstructions, 668 réhabilitations, 1 964 résidentialisations), pour un coût total de 88 millions d’euros.

Une évaluation positive

Aujourd’hui, 71 chantiers sont d’ores et déjà achevés, en particulier sur le quartier Saint-Jean, principal site d’habitat social de l’agglomération. « L’image de la ville a changé, se réjouit Jean-François Mayet, le maire de Châteauroux. Sans ce PRU, il nous aurait fallu quinze ou vingt ans pour obtenir le même résultat. » Mis en œuvre par la communauté d’agglomération et par les deux bailleurs sociaux (OPH de l’Indre et SA Habitat 2036), le programme a changé l’image des quartiers au niveau de l’habitat, des espaces publics et des équipements créés à Saint-Jean (collège, médiathèque, mairie annexe).

L’évaluation de ce projet a montré la réussite de la politique de relogement, mais aussi d’insertion. L’Anru impose que 5 % des heures travaillées sur ces chantiers soient réservées aux populations des quartiers. A Châteauroux, ce taux atteint 7,89 % avec 100 000 heures d’insertion réalisées et 34 % des emplois réalisés en CDI. Une réussite qui s’explique notamment par la création d’une « plate-forme des métiers du BTP ».

La réhabilitation du centre commercial de Saint-Jean, considéré comme une verrue, va être le dernier grand chantier de ce renouvellement. Le projet va pour cela bénéficier d’une rallonge de 250 000 euros, débloquée dans le cadre du plan de relance national.Alors que ce programme s‘achève, ville et agglomération souhaitent s’engager dans un « PRU 2 ». Des études vont être menées pour préparer l’éventuelle seconde phase du renouvellement urbain (en particulier sur le quartier Beaulieu), à partir de 2010.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X