Territoires

Chartres La nouvelle station d’épuration en service en 2017

Mots clés : Qualité de l'eau - eau potable

Lancés à la fin 2014, les travaux de la nouvelle station d’épuration de Chartres Métropole, d’une capacité de 160 000 équivalents-habitant, amorcent leur dernière phase. Le groupe Aqualter, mandataire du groupement qui réalise l’ouvrage (43,9 millions d’euros HT) et futur exploitant, a fait le choix d’une usine très horizontale, qui se fond dans le paysage dominé au loin par la cathédrale.

A l’entrée, les bâtiments techniques, dessinés par l’architecte Matthieu Vermeulen, seront reliés entre eux par une toiture végétalisée et une passerelle qui accueillera le public. A l’arrière, quatre bassins d’aération et de clarification assurent le traitement des eaux usées. Aqualter, dont c’est la plus grosse réalisation à ce jour, a opté pour une filière classique de boues activées faible charge en aération prolongée, mais innove dans le traitement des boues. Celles-ci seront épaissies dans des centrifugeuses puis déshydratées par séchage solaire (en été) dans six grandes serres, ce qui permettra de limiter le nombre de camions nécessaires à leur évacuation.

Double canalisation.

Autre originalité de l’ouvrage – dont l’entrée en service est prévue en janvier -, l’acheminement des effluents sur 5 km depuis le point de collecte, à Lèves, où se construit une station de relevage, à proximité de l’ancienne station d’épuration. Le rejet des eaux traitées se fera dans l’Eure au même endroit, grâce à une double canalisation dont la pose est en cours. Toutefois, en cas de fort étiage, les eaux « propres » seront stockées à Mainvilliers, dans une lagune de 8 hectares, afin de préserver le milieu naturel.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X