Enquête

Chargé d’affaires : un pivot du contrôle construction

Mots clés : Equipements techniques et finitions - Gestion de l'entreprise - Maîtrise d'ouvrage - Produits et matériaux - Sécurite des ouvrages

L’ingénieur chargé d’affaires veille à la solidité des ouvrages et à la sécurité des personnes, dès la phase de conception. Il peut également assurer des missions complémentaires, qui montent en puissance, relatives à l’environnement et à la gestion technique des bâtiments.

Homme clef du contrôle des constructions, le chargé d’affaires veille à ce que les ouvrages soient conformes, en termes de solidité, de sécurité incendie, d’accessibilité ou encore au niveau de la thermique et de l’acoustique. « Je regarde la valeur du projet par rapport aux réglementations en vigueur », résume Alioune Diop, chargé d’affaires chez Norisko. Sa mission consiste à détecter les points pouvant poser problème. Le contrôleur technique intervient très en amont du projet, dès la phase de conception, puis au cours du chantier et jusqu’à la réception des travaux.

« Aujourd’hui, l’enjeu pour les métiers du contrôle est de se positionner très en amont, en assistance à la maîtrise d’ouvrage », explique Fanta Touré, responsable recrutement de Qualiconsult. Un avis partagé par Christophe Chenevat, responsable du recrutement et de la mobilité de Norisko. « De plus en plus, l’ingénieur d’affaires intervient auprès des maîtres d’ouvrage pour les aider à optimiser leurs projets dans les domaines liés à la prévention des risques. Certains font appel à nous pour les aider à sélectionner les projets en phase concours. »

Optimiser le projet

Et c’est bien en amont du projet que l’ingénieur chargé d’affaires peut assister la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. « Aux côtés de l’architecte, il donne un cadre pertinent aux exigences techniques à respecter dans les domaines de la solidité et de la sécurité. De même, il aide le maître d’ouvrage à optimiser son projet dans différents domaines comme l’acoustique. Ces missions complémentaires sont de plus en plus demandées car, sur bien des champs, comme au niveau de la thermique, la réglementation est très présente », souligne Gilles Martin, responsable de l’activité construction de Bureau Veritas.

Connaître la réglementation

Pendant la phase d’exécution des travaux, la part réservée au conseil dans la mission du contrôleur technique diminue, mais ne disparaît pas pour autant. « L’ingénieur peut apporter son aide dans la résolution d’un problème survenu en cas de non-réalisation de ce qui était initialement prévu, par exemple », ajoute Gilles Martin. En se gardant de faire des préconisations techniques, prérogatives des bureaux d’études.

Entre analyse, évaluation et vérification, le métier d’ingénieur d’affaires conjugue travail sur le terrain et au bureau. « Je passe la moitié de mon temps au bureau à rédiger des rapports initiaux, à étudier des dossiers ou à valider des plans d’exécution, illustre Alexandra Vasylchenko, ingénieur en génie civil, embauchée en juillet 2007 chez Norisko. L’autre moitié, je la passe sur les chantiers pour vérifier que le travail des entreprises est conforme. Ce qui est intéressant dans ce poste, c’est que je vois l’application concrète de mon travail. »Pour cette jeune professionnelle, comme pour ses confrères, ce métier nécessite un bon bagage technique, une bonne connaissance de la réglementation et un sens du relationnel développé.

1

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Alexandra Vasylchenko, 24 ans, ingénieur chargé d’affaires, Norisko (93)

J’interviens sur des missions de contrôle de solidité des ouvrages, au niveau de la sécurité incendie et de l’accessibilité handicapés. Dans ces trois domaines, je veille, dès la conception d’un bâtiment, au respect des normes en vigueur. Notre connaissance de la réglementation nous permet d’apprécier le bâtiment dans son ensemble, de façon objective. D’ailleurs, certains maîtres d’ouvrage comprennent bien que nous ne sommes pas là uniquement pour soulever des problèmes mais au contraire pour les aider dans leur projet de construction.

ENCADRE

Les caractéristiques du métier

Mission technique : il assure une mission de contrôle. Mandaté par le maître d’ouvrage, il peut intervenir sur la solidité de la construction, la sécurité incendie, l’accessibilité handicapés, comme sur des missions complémentaires dans un domaine spécifique. Il peut mener des diagnostics sur des bâtiments ou des ouvrages dans différents domaines techniques. Dans ce cadre, il réalise un état du bâtiment, préconise et chiffre des solutions techniques.

Suivi des dossiers : il réalise le suivi commercial, administratif et technique des opérations dont il a la charge.

Relationnel : interlocuteur du maître d’ouvrage, il doit faire preuve d’un bon relationnel avec l’ensemble des intervenants (maîtrise d’œuvre, entreprises…).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X