Régions

CHARENTE Logélia construit durable et en THPE

Mots clés : Démarche environnementale - Développement durable - Efficacité énergétique - Haute Qualité Environnementale - HQE

Logélia, office public d’habitat de la Charente, réoriente ses constructions vers la très haute performance énergétique (THPE) et le développement durable. « C’est une volonté politique de construire durable, soutenue par la région, mais aussi un impératif économique de maîtriser les coûts de construction, et réduire les charges pour les locataires », explique la directrice générale Corinne Pierre. L’enjeu : avec un parc de 8 000 logements, Logélia doit démolir, au sein d’opération de rénovation urbaine 550 logements et en reconstruire rapidement 500.

Les 20 premiers viennent d’être livrés à Saint-Yriex, en petites unités, réalisés par les architectes Fauvel et Fouche de Poitiers et Eric Laurent d’Angoulême : « Ce sont les premiers logements certifiés THPE et Habitat & Environnement pour la Charente », précise Corinne Pierre. L’accompagnement de la région correspond à un emprunt bonifié qui prend en charge les 7 % de surcoût du programme pour garantir la performance énergétique. « Nous adhérons au cluster éco-habitat de la Charente, qui alimente notre réflexion sur les procédés d’éco-construction », poursuit la directrice. « Toutes les opérations en cours sont en THPE, certaines menées en maîtrise d’œuvre interne », explique Jean-Claude Marsaud, directeur des services techniques de Logélia. Ainsi, en milieu rural à Vouthon, cinq logements en ossature bois, chauffage solaire et pompe à chaleur à un coût de 950 euros/m2, avec une performance proche du BBC. Le rythme de construction annuel devrait passer à 300 logements sur trois ans.

Impératif économique

Le financement est la clé de voûte du dispositif. Pour 130 000 euros par logement en moyenne, la dotation de l’Etat est de 1 000 euros par logement, avec 2 000 euros du conseil général (plus en ORU). L’agglomération angoumoisine apporte 4 000 euros mais, au 1er janvier, elle réservera son aide aux seules réalisations en BBC. « Alors que l’Etat se désengage, en essayant de reporter la charge sur les collectivités locales, aucune n’a pris la délégation d’aide à la pierre », poursuit Corinne Pierre. D’où l’impératif économique et écologique : « Nous ne produirons plus que des logements en THPE et nos études tendent à atteindre la basse consommation (BBC) », conclut la directrice.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X