Annuel aménagement

Changement d’époque

Mots clés : Rénovation urbaine

Indiscutablement l’année 2009 aura été celle du Grand Paris. On l’a dit et répété, cette consultation, à l’échelle d’une mégapole, mobilisant autant de professionnels, d’experts et d’universitaires, est une première mondiale. Sans doute fallait-il que ce soit un pays à la tradition planificatrice bien établie qui en prenne l’initiative. Sans doute fallait-il aussi que le moment soit particulièrement favorable. Le sentiment que Paris est en train de perdre son attractivité et sa place dans la compétition que se livrent les villes « globales » est bien là, l’insuffisance des investissements des dernières années en transports publics est patente, et l’urgence à stopper l’étalement urbain et à construire la ville durable est reconnue.

Mais cette consultation est aussi une première dans sa méthode : faire foisonner les idées neuves, dégager les pistes prometteuses d’avenir, dessiner les scénarios du souhaitable, plutôt que colorier sur une carte, en violet les futures zones d’activités, en brun les zones de logements, et en vert les parcs. Une méthode qui n’est d’ailleurs pas réservée à Paris mais que d’autres agglomérations appliquent peu ou prou, à leur échelle, notamment avec les réflexions en cours sur Bordeaux 2030 ou Reims 2020.

Car en urbanisme comme ailleurs, il semble que le temps se soit accéléré depuis deux ou trois ans. Le changement d’époque est tangible, qui se manifeste par l’émergence rapide d’un nouveau vocabulaire : « écoquartiers », « mobilité douce », « ville intense », « urbanisme du recyclage », « autoroutes apaisées »… Une évolution qui est aussi en train de renouveler les métiers appelés à intervenir pour construire la ville du futur : le biologiste ou l’hydrologue sont désormais convoqués – et deviennent co-concepteurs du projet urbain – lorsqu’il s’agit par exemple de dépolluer progressivement les sols par des plantations végétales adéquates ou de gérer à l’air libre l’écoulement des eaux de pluie pour fabriquer le paysage qui accueillera un nouveau quartier, « mixte » et « dense », comme il se doit.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X