Territoires

Chalon-sur-Saône Dans l’attente du nouveau plan de sauvegarde

La Ville de Chalon-sur-Saône attend, d’ici à la fin du mois, l’arrêté préfectoral de modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de son secteur sauvegardé, ce dernier datant de 1974. La procédure autorisera la reconversion en un quartier d’habitation du site de l’ancien hôpital, sur l’Ile Saint-Laurent, le long de la Saône. « Les 4,92 ha qui ont une vocation exclusivement hospitalière depuis le XVIe siècle pourront accueillir 200 à 250 logements et des commerces », expose le maire (LR) Gilles Platret.

Les grandes lignes du projet d’aménagement sont déjà définies, à la suite d’un concours remporté en 2012 par l’agence Faubourg 2/3/4. Protégés au titre des Monuments historiques, les bâtiments les plus anciens recevront une affectation culturelle et touristique. Les plus récents seront démolis pour laisser place à des programmes d’habitat proposés en accession libre et en locatif privé, étant donné que Chalon-sur-Saône compte déjà 37 % de logements sociaux.

Concession ou PPP.

La place du Général-de-Gaulle, aujourd’hui dédiée au stationnement, deviendra un espace constructible à vocation commerciale. Le règlement du PSMV tiendra également compte du plan de prévention des risques d’inondations avec, selon les parcelles, des constructions sur pilotis. Il limitera la hauteur des immeubles à cinq étages, en dessous du niveau de la tour du Doyenné, un beffroi du XVe siècle. Seule exception aux couvertures en tuile, les toitures pourront recevoir des terrasses végétalisées sur le secteur de la place du Général-de-Gaulle.
La mairie s’accorde un délai jusqu’à la fin de l’année pour choisir le montage : la concession à une société d’économie mixte d’aménagement ou le partenariat public-privé. « Avec des dépenses de démolition évaluées à 6 millions d’euros, il faut trouver le meilleur équilibre avec un marché immobilier qui ne peut pas absorber plus de 60 à 80 logements par an », indique le maire. Des groupements de promoteurs locaux et régionaux seront aussi favorisés. Afin d’encourager les ménages à se réinstaller en ville, la commune baisse cette année de 5 % le montant de la taxe d’habitation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X