Dossier 3 Eau

Ces conceptions et techniques qui font du risque un atout

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Enfance et famille - Sécurite civile

Face à la montée des eaux et aux inondations de plus en plus fréquentes, certains architectes imaginent des solutions constructives qui dépassent le simple cadre de l’habitat individuel. L’habitat flottant développé aux Pays-Bas peut être une source d’inspiration.

Selon les experts en climatologie, le niveau des océans devrait monter d’environ 0,90 m d’ici l’horizon 2100, entraînant la disparition de nombreuses îles et villes à travers le monde. Il y a donc urgence à traiter la question des inondations dans la construction. L’Hexagone est concerné par la problématique. Pour preuve, les ministres de l’Écologie et du Logement ont lancé en janvier un grand prix d’architecture sur le thème « Comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles », dans le cadre de la Stratégie nationale de gestion des risques d’inondation présentée en juillet 2014. L’objectif de ce prix ? « Valoriser la résilience individuelle ou collective des constructions », autrement dit, mettre en œuvre des solutions pour mieux adapter la construction à ce type d’aléa.

Composer avec l’eau n’est pourtant pas nouveau : les constructions sur pilotis ou flottantes existent déjà, par exemple en Asie (Thaïlande, Vietnam, etc.) et aux États-Unis, où le quartier flottant de Sausalito à San Francisco, toujours en place, a été bâti dans les années 1960-1970. Un concept sur lequel se sont également penchés certains architectes néerlandais.

Pilotis

Sur le territoire français cependant, la problématique n’est pas...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 342 du 13/05/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X