Architecture

CENTRE HUMANITAIRE PARIS XVIIIe

Mots clés : Architecte - Lutte contre l'exclusion

Pour sortir les migrants de la rue, Emmaüs Solidarité a ouvert un dispositif temporaire de premier accueil unique en Europe et en a confié la conception à l’architecte Julien Beller. Le résultat est bien plus chaleureux que les habituels dortoirs déshumanisés des camps de transit.

Mai 2016 : Anne Hidalgo, maire de Paris, interpelle l’Etat afin de créer une structure de premier accueil pour les centaines de migrants qui affluent chaque jour dans la capitale. Il faut un lieu digne, intermédiaire, facilitant leur passage de l’errance à un centre d’hébergement adapté. En novembre, le centre humanitaire Paris Nord ouvre ses portes, sur le site de l’ancienne gare Dubois où poussera bientôt le campus Condorcet. Et en janvier, déjà 5 300 hommes et femmes, adultes et mineurs isolés, ont trouvé de l’aide dans cette structure inédite en zone urbaine dense. Le terrain a été mis à la disposition d’Emmaüs Solidarité et l’architecte Julien Beller, commissionné en juillet 2016, a transformé l’entrepôt de la Sernam en un lieu de vie confortable. Ancien membre du collectif Exyzt, il a pu faire valoir son expertise en construction éphémère et son implication auprès des Roms. Car le centre a une fin programmée : lorsque dix-huit mois d’activité seront révolus, il faudra le démonter, en espérant pouvoir le reconstruire ailleurs.

Chantier, village, camping

Avec moins de six mois pour réaliser un équipement modulable, décent pour ceux qui atteignent Paris après des voyages éprouvants, Julien Beller a dû mobiliser toute son inventivité et son réseau professionnel. Entouré d’autres architectes, d’ingénieurs, de graphistes et d’artistes, il a imaginé une alternative aux dortoirs déshumanisés qui peuplent habituellement les camps humanitaires. Empruntés aux structures d’aménagements festifs – et signature d’Exyzt, dont ils étaient les matériaux de prédilection -, des échafaudages, des panneaux OSB, des bâches, des containers maritimes et un graphisme ultracoloré distillent un peu de chaleur dans les lieux, pour que cette étape soit propice au repos des résidents et à l’organisation sereine de la suite de leur parcours.

Conçue avec l’expert des structures « gonflables »...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 258 du 17/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X