Actu

Caruso-ST JOHN musee d’art contemporain Nottingham

Mots clés : Architecte - Architecture - Béton - Manifestations culturelles

Sensibilité à la mémoire et à l’atmosphère d’une ville, honnêteté constructive, inventivité formelle, le Nottingham Contemporary est aussi une tentative réussie de renouer avec les fils de la tradition. Inauguré en décembre dernier, cet équipement culturel conçu par Caruso St John regroupe sur 3 000 m2, galeries d’exposition, espace polyvalent, locaux d’éducation, cafétéria.

Point de départ de toute visite : la gare de Nottingham. Plus précisément la plateforme du tramway située à l’extrémité des quais des trains venant de Londres car elle offre une vue imprenable et panoramique sur la ville. Le Contemporary est au centre et semble avoir toujours été là. Sa masse gris-vert, surmontée des deux tours dorées, est encastrée dans la pente abrupte de la colline. Refermant une cicatrice urbaine – la tranchée d’une ancienne voie de chemin de fer -, il assure l’articulation entre plusieurs moments de l’histoire de Nottingham. A droite, c’est l’ensemble compact des solides entrepôts XIXe siècle du Lace Market (le marché aux dentelles, Nottingham ayant été un grand centre de production) ; à gauche ce sont de banals bâtiments modernes du district commercial. Enfin, le bas de la pente est occupé par une friche qui bénéficiera peut-être d’un aménagement paysager assurant une transition douce avec les infrastructures situées en pied de colline.

Le Nottingham Contemporary s’insère presque naturellement dans ce paysage hétérogène. Loin d’ajouter au chaos urbain, ce que n’aurait pas manqué de provoquer l’injection d’un objet totalement étranger, une modernité radicale – Norman Foster et Zaha Hadid participaient à la compétition -, les Caruso-StJohn ont plutôt cherché à calmer le jeu en recourant à l’une de leurs stratégies habituelles : l’emprunt dans le riche patrimoine du passé, d’une réponse formelle qu’ils réinterprètent, transforment, adaptent. En l’occurrence leur source d’inspiration était proche : les entrepôts victoriens du Lace Market dont la rude facture de briques sombres a seulement été rendue plus aimable par la teinte vert-amande des façades du Contemporary. A défaut d’unité, la composition trouve un certain équilibre : les volumes dorés des tours font un contre-point à la masse rouge sombre de l’ancienne église et des entrepôts qui surplombent le site. Les tonalités fraîches adoptées par les architectes participent à l’équilibre chromatique de l’ensemble. Le Contemporary révèle le pittoresque latent de la ville anglaise contemporaine.

Quittant le poste d’observation, on accède à l’entrée du Nottingham Contemporary en gravissant la forte pente de la colline. L’ascension se fera de préférence en empruntant le cheminement piéton qui longe le centre d’art sur la droite. Exploitant les...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 196 du 01/04/2010
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X