Territoires

Calvados L’équilibre budgétaire le plus dur de la décentralisation

Mots clés : Décentralisation - Etat et collectivités locales

Le conseil départemental du Calvados a adopté son budget primitif 2016. « Probablement le plus dur à équilibrer depuis l’origine de la décentralisation, estime son président, le sénateur (UDI) Jean-Léonce Dupont. Si notre budget ressemble à ce point à notre débat d’orientation budgétaire, cela signifie que rien ne s’est passé depuis l’automne dernier. Le système dans lequel nous vivons est en train de s’écrouler. » Le budget en question s’établit à 739 millions d’euros. Le Calvados parvient néanmoins à maintenir ses dépenses d’investissement à 99 millions d’euros (165 millions sur la mandature), et envoie par là un message aux entreprises en leur garantissant un carnet de commandes, alors que la réforme territoriale a privé les départements de leur compétence économique.

Le CD 14 a notamment décidé de se doter d’un nouveau plan pluriannuel d’investissement (PPI) 2016-2021 pour ses collèges, de l’ordre de 50 millions d’euros. La réalisation du programme routier est un autre objectif majeur. Trois grandes opérations sont en cours d’étude : la déviation de Bellengreville et Vimont (26 millions) ; la desserte portuaire de Caen (ex-liaison Interquartiers Nord), pour laquelle une autorisation de programme de 11,5 millions a été créée (priorité pour les nouveaux élus de Caen la mer, ceux-ci ont décidé de prendre en charge la participation financière attendue de la région) ; et la déviation de Canapville. Par ailleurs, 7,3 millions ont été fléchés vers la pérennisation des activités portuaires et maritimes. « Mais le summum des difficultés reste à venir », prévient Jean-Léonce Dupont.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X