Enjeux

Ça déménage dans le parc immobilier de l’Etat

Mots clés : Conservation du patrimoine - Gestion et opérations immobilières - Marché de l'immobilier

L’Etat veut adapter son patrimoine à la réforme territoriale et aux modes de travail.

En améliorant la gestion de son patrimoine immobilier, l’Etat doit pouvoir contribuer à atteindre l’objectif de 50 milliards d’euros d’économies fixé par le gouvernement. Pour y parvenir, trois mesures sont mises en place.

Création d’une direction nationale de l’immobilier.

France Domaine va devenir « une véritable direction immobilière de l’Etat, dotée d’un réseau de chefs de services régionaux, a annoncé Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget, lors d’un colloque organisé par le Conseil de l’immobilier de l’Etat (CIE) le 26 janvier. L’accent sera mis sur la connaissance de l’état technique de l’immobilier. » Le secrétaire d’Etat a également annoncé la suppression de la part prélevée par l’Etat sur les produits de cession. Cette part (80 millions d’euros par an en moyenne) sera réinjectée dans le patrimoine pour nourrir de nouvelles acquisitions et des projets de réhabilitation ou de rénovation.

Généralisation des schémas directeurs.

En juillet 2015, quatre régions ont travaillé sur leur schéma directeur immobilier régional (Sdir) à titre expérimental pour analyser leur parc, établir un diagnostic et proposer des investissements ainsi que la vente des actifs les moins utiles. En janvier 2016, Manuel Valls a annoncé leur généralisation à toutes les régions. « Les diagnostics seront réalisés à la fin du 1er semestre », assure Nicolas Prudhomme, sous-directeur de France Domaine.

Adaptation du parc à la réforme territoriale.

La réforme territoriale, notamment la fusion des régions, va impacter le parc tertiaire de l’Etat. « Les deux tiers de la réduction des effectifs publics se feront sur les effectifs régionaux. Nous allons créer de la vacance et mutualiser les services », a expliqué Jean-Luc Nevache, préfet, coordonnateur national de la réforme des services déconcentrés de l’Etat, lors du colloque du CIE. En outre, le gouvernement veut proposer des lieux de coworking et des bureaux dotés de postes de travail tournants.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

100 millions de m² appartiennent à l’Etat.
220 000 implantations relèvent du domaine public (dont un quart de bureaux).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X