Enjeux

Budget 2018 : les heureux élus… et les déçus

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Les efforts d’investissement sont concentrés sur la transition énergétique, au détriment du logement.

Le premier projet de loi de finances (PLF) de l’ère Macron a été dévoilé le 27 septembre. Pour le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, ce budget 2018 est « sincère, audacieux et juste ». Une vision pas (du tout) partagée, notamment des acteurs du logement. En la matière, la baisse des crédits se concentre sur les aides personnelles au logement (APL), le budget global pour la Cohésion des territoires passant de 18,3 à 16,5 Mds € (- 9,8 %).

Les gagnants

Les promoteurs en zone tendue. De forts abattements fiscaux seront consentis sur la période 2018-2020 sur les plus-values immobilières en zone tendue : 100 % pour la vente de terrains destinés à construire du logement social, 85 % pour du logement intermédiaire et 70 % pour du logement libre. Une aubaine pour libérer du foncier. Le PTZ et le dispositif Pinel, prorogés pour quatre ans, se concentrent sur ces territoires. Reste à vérifier que le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI) ne décourage pas les investisseurs…

Les acteurs de la rénovation thermique. Priorité du gouvernement, la transition énergétique voit son budget cumulé passer de 9,9 à 10,4 Mds € (+ 5 %). Les crédits de l’Agence nationale de l’habitat...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5943 du 06/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X