Autres

Brunet explore l’habitat de l’extrême

Mots clés : Innovations - PME - Travaux publics

La PME de l’Ain exporte son savoir-faire dans les travaux publics et ses innovations en matière d’espaces de vie nomades et durables.

En quarante ans, le groupe Brunet est passé du statut d’entreprise traditionnelle de travaux publics à celui d’« éco-aménageur d’espaces de vie durables », comme aime à le dire Jean-Pierre Brunet, président de l’entreprise et fils du fondateur. Basée à Ambérieu-en-Bugey (Ain), la société jouit d’un ancrage local fort mais elle souhaite aujourd’hui se tourner vers des horizons plus lointains. « Nous avons travaillé il y a une vingtaine d’années au Liban sur la réhabilitation du réseau d’eau et nous sommes implantés au Maroc, où nous réalisons des travaux sans tranchées », indique Karim Bensiam, directeur général adjoint en charge du développement international du groupe.

Maroc et Afrique francophone.

L’entreprise réalise aujourd’hui 10 % de son chiffre d’affaires à l’international et ambitionne de doubler ce résultat dans les cinq ans à venir. Au Maroc, l’entreprise a recruté et formé 150 « éco-aménageurs » locaux et compte bien développer le même modèle en Afrique francophone. « Nos projets de développement à l’international sont avant tout des projets de ressources humaines », insiste Jean-Pierre Brunet. Outre le transfert de savoir-faire aux équipes embauchées localement, l’entreprise produit l’essentiel de ce qu’elle pose dans des unités de préfabrication implantées sur place.

Un projet un peu fou.

En dehors de ses métiers traditionnels, le groupe Brunet mise sur l’innovation pour se développer hors de l’Hexagone. Et c’est avec un projet un peu fou, pensé avec le réalisateur Luc Jacquet (auteur de « La glace et le ciel », « La marche de l’empereur »), que l’entreprise compte donner corps au concept d’« d’éco-aménagement d’espaces de vie durables ». En collaboration avec le CEA Grenoble (Ideas Laboratory), l’Institut de recherche technologique Nanoelec et avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche, l’entreprise a élaboré un bâtiment nomade et 100 % autonome en eau, en énergie, en traitement des eaux usées et en connexion Internet. Baptisée Zest (Zone d’expériences sociales et technologiques), cette innovation intéresse particulièrement le secteur du tourisme, pour implanter des eco-resorts dans des endroits reculés et préservés. « Nous sommes en phase de négociation précontractuelle avec un partenaire californien et menons une prospection avancée en Birmanie », révèle Karim Bensiam. Adapté pour l’instant au milieu tempéré et désertique, Zest le sera prochainement dans une version « grand froid ».

Pour développer ce concept, Jean-Pierre Brunet a réuni une quinzaine de personnes qui travaillent en mode start-up. Il vient également de rejoindre un fab lab qui réunit des entreprises, des associations, des citoyens, des élus… de son territoire avec la volonté de mieux comprendre les évolutions de la société et d’y répondre en faisant évoluer son métier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X