Entretien SCEAUX (Hauts-de-Seine)

Broderies, pâtures et forêt voisinent au domaine

Mots clés : Aménagements extérieurs - Espace naturel

De l’écopâturage au désherbage mécanique automatisé, toutes les tendances contemporaines de l’entretien des espaces verts s’appliquent au domaine départemental de Sceaux, site classé. Ses 185 ha offrent une leçon de gestion différenciée.

Ce matin du 29 juin, sur une allée rectiligne proche du jardin de l’Aurore où l’axe est-ouest du domaine prend naissance, un jardinier de Robert Paysage évalue le dernier cri des systèmes alternatifs à la binette. Accroché à son tracteur, l’outil de désherbage [en photo ci-dessus], assorti d’un rouleau et d’un râteau pour les finitions, peut se positionner dans différentes inclinaisons pour s’adapter aux rebords : « En dix minutes, un gars remplace cinq jardiniers occupés toute une journée », calcule Arnaud Fontaine, directeur général de l’entreprise titulaire du marché d’entretien du domaine départemental de Sceaux (Hauts-de-Seine). Plus loin, un motoculteur [photo au centre] tire un outil similaire mais moins large : sur la pente qui descend du château, il s’agit ici de désherber les passages entre les broderies restituées au public depuis 2014, selon le dessin initial d’André Le Nôtre. Les binettes restent incontournables dans les replis délicats de la composition. « À chaque type d’allée, son outil. Le désherbage reste le point dur dans l’adaptation au zéro phyto, mais l’automatisation nous donne les moyens de nous concentrer sur des tâches plus intéressantes », commente Arnaud Fontaine. Le directeur général de Robert Paysage fait allusion aux 3 ha de pâtures qui immergent le visiteur dans un...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 402 du 15/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X