Autres

BRL, aménageur au fil des eaux

Mots clés : Conception

Longtemps rivé au Languedoc-Roussillon, l’ingénieriste spécialiste des ouvrages hydrauliques s’ouvre à de nouveaux marchés de l’Atlantique à l’Afrique.

En posant, le 9 juin, la première pierre de la station de pompage de la Méjanelle, au sud de Montpellier, le groupe BRL, spécialiste de l’eau et de l’aménagement du territoire, se trouvait au point de jonction entre son passé et son avenir. A l’est de la future station : le canal Philippe-Lamour, qu’il a construit sous l’égide de l’Etat dans les années 1960 pour amener l’eau du Rhône jusqu’à Montpellier. A l’ouest : le réseau naissant Aqua Domitia, réalisé à la demande de la région Languedoc-Roussillon, son principal actionnaire, pour alimenter en eau brute l’ouest héraultais et le littoral audois. Soixante ans après sa création, l’ex-Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône Languedoc renoue ainsi avec les grands chantiers qui ont accompagné ses premiers pas. Le programme Aqua Domitia, qui mobilisera 200 millions d’euros, est non seulement la plus grosse opération réalisée localement depuis la construction du canal Philippe-Lamour mais aussi le plus important projet d’aménagement hydraulique mené en France aujourd’hui.

BRL tire 60 % de son chiffre d’affaires (CA de 70 millions d’euros en 2014) de l’exploitation du réseau hydraulique régional, dont elle est concessionnaire. Cette infrastructure, dont l’Etat a transféré la propriété à la région Languedoc-Roussillon en 2008, constitue une formidable vitrine de son savoir-faire. « Nous pouvons présenter là l’intégration de soixante ans d’aménagement régional », souligne Jean-François Blanchet, son directeur général.

Des représentations en Ethiopie et en Côte-d’Ivoire.

Le groupe BRL, basé à Nîmes, vend également son ingénierie en France et à l’étranger. Sa filiale BRLI dédiée pilote actuellement l’ingénierie d’un programme de modernisation de 29 barrages dans l’Aisne et la Meuse, lancé par Voies navigables de France. Autre opération importante : BRL accompagne un consortium mené par Engie pour les études environnementales de deux projets de parcs éoliens offshore, celui de l’Ile d’Yeu-Noirmoutier et celui de Dieppe-Le Tréport. A l’international, le groupe est engagé dans le projet de création de 20 000 ha de périmètres irrigués près du lac Tana, en Ethiopie. « Notre force n’est pas notre taille mais notre capacité à intervenir de façon intégrée, explique Jean-François Blanchet. Nous maîtrisons toute la chaîne, depuis l’ingénierie jusqu’à la gestion de périmètres irrigués, en passant par la conduite d’opérations en maîtrise d’ouvrage et la gestion d’ouvrages hydrauliques. » La société, qui vient d’établir des représentations permanentes en Ethiopie et en Côte-d’Ivoire, réalise aujourd’hui 11 millions d’euros de chiffre d’affaires hors des frontières et prévoit d’accroître ce volume dans les années à venir. « Nous anticipons la diminution de l’activité d’ingénierie sur le territoire régional qui interviendra à partir de 2020, avec l’achèvement du programme Aqua Domitia », note Jean-François Blanchet. En attendant, BRL, qui emploie 700 salariés, a engagé en 2014 un programme de 100 embauches sur trois ans : la moitié pour renouveler des départs, l’autre moitié pour accompagner la croissance de l’activité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L'état-major de BRL

Jean-François Blanchet, directeur général du groupe BRL. Jean-Jacques Bordas, directeur général de BRL Exploitation. Gilles Rocquelain, directeur général de BRL Ingénierie. Alain Tezenas, directeur général de BRL Espaces naturels.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X