Territoires

Brive-la-Gaillarde Immeuble signal à l’entrée de la caserne Brune

Mots clés : Établissement militaire

L’Union notariale financière (Unofi) prendra livraison en janvier 2016 de son nouveau siège régional à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). L’opération, portée par Pitch Promotion, est exemplaire à plusieurs titres. D’abord, elle est la première étape de la reconversion de l’ancienne caserne Brune. Ensuite, l’immeuble de bureaux en R + 4 (3 001 m2 de surface de plancher) a été conçu comme un signal, compte tenu de son implantation en entrée de site, à l’angle de deux rues. Le concepteur, l’architecte Arnaud Fontani de Studia A, a dessiné un bâtiment dont la volumétrie joue sur les décalages de façades entre les différents niveaux, « tel un origami de métal irisé accentuant les effets de reflets et de lumière engendrés par les multiples pliures », précise-t-il. Posé sur un socle habillé de pierre agrafée, il projette, aux étages, ses hautes façades en métal et vitrage VEC se référant à la modénature des bâtiments voisins du XIXe siècle.

Proximité de la nappe phréatique.

Le bâtiment repose sur un parking souterrain de 150 places de deux niveaux (2 600 m2 chacun), dont le premier est occupé en partie par une salle des archives de 400 m2 de surface utile. Sa construction a demandé de relever plusieurs défis. « La proximité de la nappe phréatique, située au niveau du deuxième sous-sol du parking souterrain, a imposé de réaliser une paroi étanche autostable en pieux sécants pour excaver les terres », explique Henry Maitre, responsable des programmes en Corrèze chez Pitch Promotion. Par ailleurs, pour respecter le délai de réalisation de six mois pour le gros œuvre, le groupement Sopreco-Lagarrigue a choisi comme procédé constructif le « plancher-dalle » pour les infrastructures en remplacement du système « poteaux-poutres-prédalles » prévu à l’appel d’offres. « La cadence globale des planchers est de 875 m2 par semaine », précise Jérôme Huguet, directeur travaux chez Sopreco. Après la fin du gros œuvre prévu en juin, viendra une autre phase importante du chantier qui est celle de l’habillage des façades confié à Fuossat/Manière & Mas. En tout, les travaux d’une durée de seize mois coûteront 8 millions d’euros HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X