Territoires

Bretagne Top départ pour les travaux du port de Brest

Mots clés : Gares, aéroports - Transport maritime

D’ici à 2019, 170 millions d’euros vont être investis pour développer le trafic du premier port de commerce breton. Il s’agit de créer sur des polders une quarantaine d’hectares d’espaces destinés à des activités liées aux énergies marines renouvelables mais aussi d’approfondir d’un mètre le chenal d’accès au port. Ainsi, des navires de 90 000 t, contre 60 000 aujourd’hui, pourront-ils y accéder sans être tributaires des marées.

14 ha supplémentaires. Pour ce faire, il est nécessaire de consolider ces terrains, afin qu’ils puissent supporter des charges allant de 4 à 15 t/m2 pour accueillir les jackets (fondations en acier) des éoliennes. Le site va d’ailleurs être agrandi de 14 ha grâce, dans un premier temps, à la réalisation d’un enrochement de 1 250 m de long. A l’hiver 2017 démarreront les travaux de dragage avec environ 700 000 m3 de sédiments à extraire. Il est également prévu la construction d’un quai de 210 m de long destiné aux activités d’éolien flottant et la réalisation de voiries nouvelles. Les premiers appels d’offres sont en cours pour ce projet financé principalement par la région Bretagne, voté en 2010 et qui devrait être livré d’ici à 2019. Restera ensuite une deuxième phase, qui portera sur des opérations de stabilisation et sur l’aménagement d’un deuxième quai. A terme, il faudra également que les pouvoirs publics se penchent sur le devenir d’une partie des déchets de l’Amoco Cadiz, ce pétrolier échoué en 1978 en mer d’Iroise, et qui sont toujours stockés sur le port.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X