Territoires

Bretagne Jean-Pierre Meignan, architecte atypique

Mots clés : Architecte

Son dernier-né est B-Com, un immeuble de 6 000 m² dédié à l’innovation numérique. Lequel a été précédé de Samsic, Biotrial, le Crédit agricole d’Ille-et-Vilaine, Neworld Energies… Car si Jean-Pierre Meignan travaille régulièrement pour des maîtres d’ouvrage publics, il s’est bâti, au fil des années, une réputation d’architecte de sièges sociaux. Une bonne moitié de son activité provient du tertiaire. « Cet été, les immeubles d’InVivo et du Groupe Roullier seront terminés », ajoute-t-il.

Mieux que d’autres, Jean-Pierre Meignan a compris qu’un siège social ne doit pas être un immeuble de bureaux lambda. « Il correspond à l’identité du groupe et doit être un moyen de communication », résume-t-il. Pas question, donc, d’architecture répétitive. Résultat : les patrons bretons le recommandent à d’autres dirigeants – « ils ont la reconnaissance du travail bien fait », apprécie-t-il – et Jean-Pierre Meignan figure régulièrement parmi les agences consultées.

Esquisses et plans à la main.

Dans son bureau, pas d’ordinateur, mais une table à dessin. Des esquisses aux plans détaillés, ce Rennais fait tout à la main. « Je préférerais toujours un bon croquis à une image 3D même si, évidemment, j’ai à mes côtés des collaborateurs très performants en informatique », précise-t-il. Une manie qu’il a gardée de ses années d’études aux Beaux-Arts. Embauché comme collaborateur d’architecte, il travaille pendant vingt ans au sein du cabinet Teissier. Finalement, il passe son diplôme d’architecte en 1996 via la procédure dite « du petit Le Corbusier » – grâce à laquelle l’expérience peut mener au titre – et il crée son agence. Aujourd’hui, Jean-Pierre Meignan dirige une équipe de 17 personnes qui travaille à 90 % pour des clients privés. Confronté à un concours, il lit et relit le dossier pendant une semaine, sans rien crayonner. « Les idées doivent d’abord se former dans la tête », considère-t-il.

Jean-Pierre Meignan vient de passer une annonce dans « Le Moniteur » pour trouver un associé. « J’aimerais rester à la tête de la structure pendant encore plusieurs années et progressivement m’effacer. » Mais il prévient : « Pas question de lâcher la conception. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X