Régions Bordeaux

Brazza : les premiers permis de construire tombent

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Béton - Monde du Travail

4 000 logements construits par les ESH en Nouvelle-Aquitaine en 2016. Source : Fédération nationale des ESH.

5 200 emplois dans la filière béton en Nouvelle-Aquitaine. Source : La Filière Béton.

5 ans Durée des travaux pour la réalisation du doublement de l’A9 à Montpellier.

Cogedim est le premier à obtenir le feu vert. Avec ce permis de construire, le promoteur ouvre la voie aux 17 autres opérations qui seront menées dans la métropole bordelaise pour aménager le nouveau quartier de Brazza, sur la rive droite de la Garonne (architecte urbaniste : Youssef Tohmé). Son projet se découpe en quatre produits : Expression libre (volumes capables), Pilotis (logements libres), Garon’ (haut de gamme) et Les Villas (maisons sur le toit). Elle comporte également un parking et 2 300 m2 de surface artisanale, dont la maîtrise d’œuvre est portée par les agences Alonso-Sarraute Associés et Du Besset Lyon. Le promoteur n’a rencontré aucune difficulté lors du dépôt de son permis et il prévoit le démarrage des travaux au début 2018 ; la consultation des entreprises est en cours.

Le permis de construire du macrolot d’Eiffage Immobilier, Aquitanis et Le Col – constructeur des volumes capables (logements à finir) via de l’habitat participatif – est en cours d’instruction ; la livraison est attendue au second semestre 2019. Les dépôts des autres permis vont s’échelonner. Ceux de Studio Brazza et ses 55 000 m2 de plancher (345 logements, cathédrale des sports, hôtel Jo & Joe… ), porté par un groupement dont Adim est le mandataire (Crédit agricole Immobilier, Kaufman & Broad, Mésolia, Nouvelles Fonctions urbaines, Eden et LesCityZens), seront déposés en juin pour les ERP et en septembre pour les logements. Celui de l’Urbik’s Cube (SNI) est prévu à la fin 2017, en même temps que les permis du Mob Hôtel, de la brasserie La Bellevilloise et du marché vintage Culture Puces (groupe Cardinal).

Obtention retardée. Seul grain de sable dans le mécanisme : la réglementation concernant le dépôt des permis de construire vient d’être modifiée. « Les services de l’Etat veulent avoir une vision globale, sur tout le territoire du projet, alors qu’avant, ils travaillaient au cas par cas », précise Michèle Laruë-Charlus, directrice générale de l’aménagement urbain de Bordeaux Métropole. Un retard dans les obtentions de certains permis, par rapport aux dates initialement envisagées, est donc à prévoir. Une éventualité que redoute le Col, car elle entraînerait huit à dix mois d’attente si le permis était retoqué.

Sur les 53 ha du quartier, 8 ha restent encore à acquérir au débouché du futur pont. « Quelque 65 % du projet vont démarrer en même temps », se réjouit Michèle Laruë-Charlus. Et la directrice ne relève ni abandon, ni changement d’architecte ou de permis. Quelques ajustements ont tout de même été demandés par son aménageur, la métropole. « Son président Alain Juppé a voulu confirmer la couleur blonde des façades, précise Jean-Noël Galvan, directeur régional d’Adim. Il a demandé une écriture plus classique pour l’hôtel Jo & Joe. » Le bâtiment conçu par l’architecte Djamel Klouche a dû se défaire de sa résille métallique et les bâtiments en bord de Garonne ont été priés de reculer pour accorder plus de place aux espaces verts. « Cela correspond à un bâtiment de moins », note Michèle Laruë-Charlus.

Brazza reste une affaire bien menée pour la métropole, qui considère cette opération comme « la moins chère de Bordeaux ». « La collectivité a uniquement financé les grandes voiries, précise Michèle Laruë-Charlus. Les réseaux et les petites voiries ont été pris en charge par les promoteurs. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X