Enjeux Blockchain

Bouygues Immobilier cherche un immeuble pilote

Mots clés : Entreprise du BTP

Bouygues Immobilier veut implanter la blockchain dans ses programmes immobiliers. Pour rappel, cette technologie permet de stocker et transmettre des informations, de manière transparente et sécurisée, sans passer par un intermédiaire. Ce qui a pour effet de faire baisser les coûts de gestion des données. Le promoteur veut utiliser cette technologie pour « suivre les échanges d’énergie lorsque l’on installe des panneaux photovoltaïques afin de donner à chaque habitant le bilan de ses consommations, explique Olivier Sellès, responsable innovation et smart city de l’entreprise. Les résidents pourront savoir à quel moment de la journée ils peuvent utiliser de l’énergie locale, directement produite par les panneaux photovoltaïques. Ils seront sensibilisés à moindre coût et pourront adapter leur consommation. »

Demain, l’échange d’énergie.

Le promoteur est à la recherche d’un immeuble de logements pour implanter la blockchain à Lyon Confluence durant le premier semestre 2017. « Notre bâtiment pilote pourrait appartenir à un bailleur social, imagine Olivier Sellès. Nous pourrions installer les panneaux photovoltaïques et connecter les compteurs à la technologie, de façon à ne pas multiplier les interfaces. » Si le test est concluant, Bouygues Immobilier pourrait implanter la blockchain dans tous ses programmes à énergie positive.

Si, aujourd’hui, l’application de la blockchain peut sembler anodine, le promoteur voit plus loin. « Nous nous préparons à donner aux immeubles la possibilité de s’échanger de l’énergie », dévoile Olivier Sellès. La réglementation actuelle ne permet pas ce type d’échange. L’ordonnance de juillet 2016 de la Commission de régulation de l’énergie sur l’autoconsommation et la mutualisation autorise l’autoconsommation collective (une centrale photovoltaïque peut alimenter des logements et un immeuble de bureaux, par exemple). Pour permettre aux immeubles d’échanger de l’énergie, l’ordonnance doit être complétée par un décret fixant le montant du tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (Turpe) dans le cadre d’une autoconsommation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X