Territoires

Bourgogne/Franche-Comté Les syndicats d’énergies s’organisent

Après la Nièvre en 2012 à l’initiative de son Syndicat intercommunal d’énergies, d’équipement et d’environnement (Sieeen), la Côte-d’Or se dote d’une société d’économie mixte locale d’investissement dans les énergies renouvelables.

Baptisée Côte-d’Or Energies, elle rassemble sept actionnaires autour d’un capital de 570 000 euros. Majoritaire à 78 %, le pôle public comprend le Syndicat d’énergies de Côte-d’Or, le conseil régional de Bourgogne et la Sem Nièvre Energies. L’actionnariat se complète de la Caisse d’épargne Bourgogne Franche-Comté, du Crédit agricole de Champagne-Bourgogne, de Sicae Est (gestionnaire de réseau électrique sur la Haute-Marne, les Vosges et la Haute-Saône) et de la coopérative Dijon Céréales. Dans un département encore dépendant aux deux tiers des énergies fossiles, cet outil d’investissement a vocation à prendre la maîtrise d’ouvrage de projets biomasse, éoliens, hydrauliques et solaires. « Seule ou avec des opérateurs privés ou des particuliers », précise Jacques Jacquenet, président du Siceco et de Côte-d’Or Energies.

Projets d’unités de méthanisation.

Deux premiers projets sont à l’étude : une unité de méthanisation fonctionnant à partir de substrats agricoles à Créancey (Côte-d’Or), et la remise en fonctionnement de l’ancien site hydroélectrique d’EDF à Bèze (Côte-d’Or).

Parallèlement, les huit syndicats d’énergies des départements de la future région Bourgogne Franche-Comté se fédèrent. Liés par une convention, ils entendent constituer des groupements d’achat de gaz et d’électricité et optimiser la vente de certificats d’économie d’énergie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X