Réalisations

Bourbouze & Graindorge 30 logements sociaux Aubervilliers

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

Cet ensemble de logements explore les qualités urbaines de la densité tout en préservant l’intimité des habitants. Sobriété d’écriture et flexibilité de la structure caractérisent la rigueur des architectes, en recherche d’une forme d’intemporalité constructive.

Gricha Bourbouze et Cécile Graindorge conçoivent tous leurs projets à l’aune d’une même quête. Le Graal de ces Nantais, c’est la flexibilité de leurs bâtiments, leur capacité d’évolution pour qu’ils participent à la durabilité de la ville. Car s’ils sont conçus aujourd’hui pour accueillir des habitations, qui peut dire ce qu’ils abriteront demain ? Dans chacune de leurs opérations, ces maîtres d’œuvre s’attèlent à des expérimentations structurelles et recherchent une certaine intemporalité de leur écriture. Une démarche qui aboutit à une épure et une modestie matérielle, qui distinguent leur production, loin des effets de mode datant souvent un édifice. Encore une fois Bourbouze et Graindorge ont mêlé inventivité et sobriété de l’écriture pour concevoir cet ensemble totalement mutable de 30 logements sociaux à Aubervilliers. Réalisée en structure métallique et façades légères en colombages d’acier, elle offre une interprétation contemporaine des ateliers, très présents dans les cœurs d’îlots de la petite couronne francilienne. Fenêtres bandeaux, allèges en briques, tôle ondulée, plaques d’acier galvanisé et gouttières constituent les éléments de vocabulaire de sa modénature subtilement référencée.

Densité maîtrisée

Dans la parcelle profonde où il leur était imposé de ménager une traverse piétonne de 4 m de large, les architectes ont créé un cœur d’îlot habité en répartissant les logements en quatre plots. Posé en front de rue, le plus haut (R + 5) surplombe le porche en double hauteur qui donne accès aux trois autres organisés autour de la venelle. Agrafés aux pignons...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 241 du 14/04/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X