Technique et chantier Acier déployé

Bouclier rutilant pour une caserne de pompiers

Mots clés : Acier - Établissement militaire - Gros oeuvre - Second oeuvre - Sécurite civile

Ces bâtiments réhabilités emploient l’acier pour renforcer l’isolation thermique extérieure. Une occasion de décliner en façades deux manières d’utiliser le métal.

Intervenir sur une caserne de pompiers exige, avant tout, de ne pas gêner son bon fonctionnement. Aussi, pour celle d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), dont l’agence parisienne BP Architectures (Jean Bocabeille et Ignacio Prego) a intégralement rhabillé les façades, le choix d’éléments préfabriqués, qui autorise un chantier en site occupé, s’est imposé naturellement. Pour constituer le bouclier thermique dont le bâtiment avait grand besoin, le revêtement en acier, avec isolation par l’extérieur, est ainsi venu se substituer à l’aluminium de remplissage qui recouvrait jusqu’alors les deux corps de bâtiments (l’un étant dédié à la caserne proprement dite, l’autre aux logements des familles de pompiers).

Dans le premier, les architectes ont mis en œuvre des panneaux de métal déployé qui, grâce à leur fin maillage, ventilent naturellement le mur tout en nuançant et allégeant visuellement les surfaces opaques, notamment sur les pignons. En outre, grâce à l’utilisation de deux nuances de rouge disposées de manière aléatoire, ce nouvel habillage crée des façades cinétiques qui vibrent au rythme des déplacements autour du bâtiment.
Relevant d’un langage architectural plus domestique – la caserne étant quant à elle de type clairement tertiaire – la nouvelle façade des logements a été traitée en cohérence avec sa vocation. Tout d’abord, la tôle ondulée grise entre en résonance avec l’immeuble de logements en béton des années 1960. Ensuite, le traitement des façades, animées d’éléments de modénature (sous forme d’un grand cadre en acier formant brise-soleil), indique clairement la nature de ce second bâtiment. Lequel forme à présent avec la caserne un couple… flambant neuf !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Préfecture de police de Paris. Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Maîtrise d’œuvre : Jean Bocabeille & Ignacio Prego, architectes mandataires (BP architectures, membre du collectif Plan 01). BIIC, BET structure. Alternet, BET fluides. Fabrice Bougon, économiste. Principales entreprises : Stim Technibat (façades), UTB (Chauffage), Negro (peinture). Surface : 1 370 m 2 HON. Coût des travaux : 123 000 euros HT.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X