Territoires

Bouches-du-Rhône Quatre ans de travaux sur le barrage de Bimont

Mots clés : Ouvrage d'art

La Société du Canal de Provence (SCP) vient de lancer le chantier de la rénovation du barrage de Bimont, une construction de classe A mise en service en 1952 au cœur du grand site Sainte-Victoire. Avec ses 87 m de hauteur, 180 m de crête, une paroi atteignant jusqu’à 17 m d’épaisseur, c’est un ouvrage majeur pour l’alimentation en eau de la région aixoise et de l’agglomération marseillaise, mais aussi pour l’irrigation et la production d’électricité. Le chantier va durer quatre ans avec un budget de 20 millions d’euros, financé par la SCP et les collectivités. « Ce barrage a connu très tôt un phénomène de gonflement et de fissuration du béton dans certaines zones de la rive droite, qui s’est ensuite stabilisé. Nous allons réhabiliter ces parties endommagées et profiter de ces travaux pour moderniser les équipements du barrage et réaménager ces abords », détaille Catherine Casteigts, responsable de l’opération à la SCP.

Microtunnelage.

Pour assurer l’alimentation en eau pendant les travaux, une conduite de dérivation gravitaire de plus de 300 m sera créée en rive droite, entre la galerie de la Campane et le départ de la branche Marseille-Nord du barrage. Cette canalisation (90 cm de diamètre), qui va transiter des débits jusqu’à 2,3 m3/s, nécessite de recourir à un microtunnelage sur 140 m environ. L’ensemble de ces travaux de dérivation, prévus jusqu’à la fin de l’année, représente 3,1 millions d’euros. Ils sont confiés au groupement Scam TP (mandataire), Pfeiffer (microtunnelage), TGH et Garelli. Segex et Setec sont attributaires du marché de conception-réalisation de la canalisation flottante. « Nous venons de lancer l’appel à candidatures pour les travaux de rénovation du barrage proprement dits. Le choix de l’entreprise est prévu début 2017 », ajoute Catherine Casteigts. Cette deuxième phase, la plus importante, débutera en juin 2017 après vidange progressive de la retenue d’eau, et durera deux ans. Au menu : injection de coulis de ciment dans les zones fissurées, pose d’une membrane d’étanchéité sur le parement amont de l’ouvrage, création d’un voile de drainage en pied aval. L’ouvrage pourra ensuite être remis en eau et retrouver sa capacité de stockage initiale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X