Régions

Boissy-Saint-Léger La déviation de la N 19 va être réalisée

Mots clés : Collectivités locales - Mobilier urbain

Après une attente de plus de trente ans, la déviation de la N 19 à Boissy-Saint-Léger va enfin être réalisée. Jean-Paul Huchon, président du conseil régional, a écrit officiellement le 15 juillet à Régis Charbonnier, maire de cette commune, pour l’informer que la région financerait exceptionnellement ce projet de 160 millions d’euros à hauteur de 70 % (112 millions), alors que sa participation ne se monte habituellement qu’à 50 %. L’Etat apportera les 48 millions restants.

Très accidentogène avec treize morts depuis 2004, la N 19 supporte le passage de 50 000 véhicules/jour, dont 8 000 camions (80 000 sont prévus dans les prochaines années), dans des conditions de trafic insoutenables pour les usagers de Boissy et des communes de l’Association pour l’aménagement de la RN19 (1) créant d’importants bouchons qui perturbent également la circulation des bus et des cars. Ces derniers mettent vingt-cinq à trente minutes pour traverser la ville afin de rejoindre la gare terminus du RER A, alors qu’une expérience a permis de constater que quatre minutes suffisent en site propre.

Neuf cents mètres en souterrain

D’une longueur de 4,8 km, la future voie express de contournement de 2 × 2 voies débutera, au nord, à l’échangeur N 19-N 406 à Bonneuil-sur-Marne pour s’achever, au sud, au carrefour N 19-D 94 E à l’entrée de Villecresnes. Sur ce parcours, 900 m seront en souterrain dans la partie urbanisée entre la prairie de la Rampe et le demi-diffuseur de Boissy-Sud. Sans feux tricolores, la déviation comptera onze ouvrages d’art. Elle longera le grand ensemble de la Haie-Griselle en tranchée ouverte à une plus grande distance de la voie actuelle, ce qui permettra de créer des espaces verts et de jeux au pied des immeubles.

Les travaux pourraient commencer en 2011, pour une mise en service fin 2014. L’actuelle N 19 dans la traversée de la ville (avenue du Général-Leclerc) redeviendra un boulevard urbain avec un trafic allégé.

Une fois la déviation réalisée, il restera encore à aménager la N 19 en voie rapide sur une dizaine de kilomètres, de Villecresnes jusqu’à la Francilienne (A 104) à Brie-Comte-Robert. On estime déjà que les négociations pour en déterminer le tracé pourraient durer deux ans, ce qui ne présume pas des délais de construction.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Les villes adhérentes de l’Association pour l’aménagement de la RN 19 : – Val-de-Marne : Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Limeil-Brévannes, Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Périgny-sur-Yerres, Santeny, Sucy-en-Brie, Valenton, Villecresnes ; – Seine-et-Marne : Brie-­Comte-Robert, Lésigny, Servon ; – Essonne : Brunoy, Varennes-Jarcy, Yerres.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X