Technique et chantier

Blindage de tranchée léger, gonflable

Travaux urbains. Deux hommes suffisent à descendre ce blindage poids plume à la main, sans l’aide d’engin de manutention. Une souplesse appréciable, surtout en intervention d’urgence.

Le système est au blindage des parois de tranchée ce que le bateau pneumatique est à la navigation : une alternative ultralégère, peu encombrante, rapide à mettre en œuvre et installable en un quart d’heure par deux hommes, sans qu’il soit besoin de recourir à la moindre minipelle pour sa manutention. Appliquer le principe du coussin gonflable à la problématique de la consolidation des fouilles est un concept développé par la société Pronal, installée à Roubaix, spécialiste de la conception et de la fabrication de structures souples et, notamment, de barrages anti-inondations. Le produit se présente sous la forme de deux coussins de 2 x 1,50 m environ, qui se déplient au sol et se gonflent à l’aide d’un compresseur externe. Entre ces deux structures souples, un jeu de quatre étrésillons assure le maintien et l’écartement. Ces équipements sont réglables en largeur en fonction des dimensions de la fouille. Après une première phase de gonflage, le système est descendu dans la tranchée à la main. Le gonflage définitif a lieu dans la tranchée. Cette opération en deux temps permet de bien caler l’ensemble. En cas de surgonflage, la valve de sécurité s’ouvre pour libérer le surplus d’air. Chaque coussin pèse 14 kg, ce qui avec les étrésillons forme un ensemble de moins de 40 kg. Le temps de gonflage reste de l’ordre d’une dizaine de minutes grâce au système de valve venturi qui assure également un dégonflage ultrarapide. Pascal Corbet, responsable de l’unité opérationnelle Véolia d’Arnouville-lès-Gonesse (Val-d’Oise), suit avec attention ce chantier témoin, mené par François Berteloot et Stéphane Gaudière, de Pronal. « Pour les interventions ponctuelles de maintenance en urgence sur le réseau, apprécie le responsable Véolia, tout ce qui est peu encombrant et léger nous intéresse. Dès que la profondeur d’une tranchée dépasse 1,20 m, nous devons réaliser un blindage [la limite réglementaire est fixée à 1,30 m, NDLR]. Or les systèmes classiques exigent du personnel, mais surtout une pelle pour les manipuler. La plupart de ces interventions ont lieu en milieu urbain, là où il n’y a pas nécessairement d’espace pour déployer nos machines. Le poids des équipements et du matériel a vite fait de mettre nos camions en surcharge. Quand il faut mettre en œuvre tout cela à 3 heures du matin, nous avons aussi un problème de pollution sonore. » En fin de chantier, la structure souple est retirée de la fouille après dégonflage partiel puis, une fois tout l’air évacué, elle est repliée.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X