Technique et chantier

Bien entretenir son marteau hydraulique

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Maintenance. Accessoire coûteux, le marteau hydraulique combine une mécanique de précision à des chocs très violents, ce qui explique pourquoi il exige un entretien soigné et régulier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

1 - Principe de fonctionnement

De l’huile hydraulique sous pression pousse le piston dans une chambre à azote qui renvoie violemment le piston vers le bas. Celui-ci frappe un outil qui est guidé par des douilles et retenu par des clavettes. Les modèles les plus performants se passent de l’azote pour être entièrement hydrauliques.

ENCADRE

2 - L’entretien hebdomadaire

1) Sortir l’outil en enlevant les clavettes.
2) Vérifier que le haut de l’outil n’est pas écrasé ou ne présente pas d’éclats.
3) Vérifier que les clavettes ne sont pas écrasées ou ne présentent pas d’éclats.
4) Vérifier le degré d’usure des douilles en contrôlant leur diamètre intérieur.
5) Contrôler que la butée supérieure n’est pas endommagée.
6) Vérifier la pression à l’intérieur de la chambre à azote ; la remplir si nécessaire.
7) Contrôler le serrage des boulons de la platine.

ENCADRE

3 - L’entretien annuel

1) Démonter le marteau assemblé par de grandes vis. 2) Changer tous les joints.
3) Contrôler visuellement toutes les pièces pour détecter d’éventuelles rayures qui nécessitent, par principe, le renouvellement de la pièce.
4) Vérifier en particulier l’état du piston, en général conçu pour travailler cinq mille heures. Son remplacement, coûteux, s’envisage uniquement pour une opération de remise à neuf complète.

ENCADRE

4 - Les problèmes les plus fréquents

L’usure prématurée
Les douilles doivent être graissées toutes les deux heures avec un lubrifiant spécifique. Sans cela, le mécanisme s’use prématurément et casse rapidement.
La casse d’outil
Deux causes courantes : la flexion — l’opérateur fait levier avec l’outil qui n’est pas fait pour reprendre cet effort — ou le dépassement de la cote d’usure des douilles — l’outil, mal guidé, bouge et casse.
Le manque de puissance
Il est très souvent dû à une mauvaise alimentation hydraulique. Chaque marteau exige une pression et un débit précis. La ligne d’alimentation doit être réglée en conséquence. Il peut également provenir d’une baisse de pression de la chambre à azote qu’il faut alors remplir.
La fuite d’huile
D’où provient-elle ? De l’outil : un joint doit être changé. Des raccords hydrauliques : ils doivent être remplacés. Du carter : les vis d’assemblage sont desserrées, voire rompues.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X