Réalisations OMA

BIBLIOTHÈQUE – CAEN

Mots clés : Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Manifestations culturelles

Avec cette acuité qui les distingue, Rem Koolhaas et ses associés livrent à Caen la bibliothèque Alexis-de-Tocqueville – leur deuxième seulement après celle de Seattle en 2004 – et proposent une vision enfin renouvelée d’un programme millénaire.

Aux Cassandre qui prédisent l’extinction des bibliothèques, dévorées par le monstre internet, OMA s’impose en contradicteur à Caen. En réinvestissant le statut d’espace public et de condensateur d’échanges intellectuels, la bibliothèque Alexis-de-Tocqueville augure d’un futur réjouissant pour ces équipements. Il faut dire que la communauté urbaine Caen la mer, désireuse d’architectures attractives, aidée en cela par l’Etat, la région, le département, l’Europe et l’Ademe, a donné les moyens – près de 40 millions d’euros de travaux -à Rem Koolhaas de s’exprimer sur le fond et la forme du programme. Engagée dans la revitalisation de sa presqu’île, ancienne friche portuaire, la collectivité a choisi d’y relocaliser sa bibliothèque et son million de documents. L’urbanisme du quartier ne convainc pas encore. Les espaces publics conçus par Michel Desvigne sur un plan de Philippe Panerai sont en cours d’aménagement, mais on doute qu’ils rectifient le tir.

Peu importe, car son anachronique peau de verre dépoli inscrit aisément la bibliothèque dans la collection d’objets posés çà et là – de qualité pour la plupart, comme le palais de justice conçu par Baumschlager Eberle et Pierre Champenois, et le fameux Dôme de l’agence Bruther, distingué à l’Equerre d’argent 2016 (catégorie lieu d’activité). L’ouvrage d’OMA forme une croix de Saint-André. Les raisons urbaines sont explicites : chaque branche, de 22 m de profondeur, pointe un témoin de l’histoire locale (l’abbaye aux Dames, la ville de la Reconstruction, le quartier de la gare et la presqu’île), en libérant quatre parvis pour que l’espace public file jusqu’au pied du bâtiment. Comme toujours, le discours d’OMA emporte l’adhésion. Mais...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 257 du 13/02/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X