Enjeux

Bessac voit le monde au bout de ses tunnels

Mots clés : Ouvrage d'art - PME

Filiale de Soletanche-Bachy, la PME de Haute-Garonne est le n° 1 mondial des microtunnels et tunnels de moyenne taille.

A la fois fabricant de tunneliers et entreprise de travaux publics spécialisée en souterrains, Bessac a fêté en septembre dernier ses 40 ans. Depuis sa création par Michel Bessac à Réalmont (Tarn), l’entreprise a déménagé à Saint-Jory au nord de Toulouse, est devenue filiale à 100 % de Soletanche Bachy et a acquis un savoir-faire faisant d’elle le leader mondial des microtunnels et tunnels de moyenne taille. « Faire des tunnels est un métier complexe. S’ajoutent pour nous les interventions à l’étranger. Cela a conduit Michel Bessac à chercher à renforcer l’entreprise en ouvrant son capital », raconte Bernard Theron, président de Bessac depuis 2008. Entré dans la société dix ans plus tôt, l’ingénieur ESTP a accompagné la montée en puissance initiée par Michel Bessac dans les années 1980 avec le virage de la mécanisation. Aujourd’hui, la PME est organisée en deux pôles. L’un est dédié à la conception et la fabrication de matériels pour les souterrains (tunneliers) dont le diamètre varie de 500 mm à 6,30 m. Bessac en construit un neuf par an. En parallèle, elle remet en état deux à trois tunneliers et une dizaine de microtunneliers par an. Le second pôle permet d’assurer une activité de creusement de tunnels grâce à un parc de 40 machines. Il représente 80 % du chiffre d’affaires de 80 millions d’euros réalisé aux deux tiers à l’export.

Une filiale en Colombie.

Bessac a en effet travaillé dans plus de 20 pays. Depuis six ans, l’entreprise possède une filiale en Colombie qui réalise en moyenne 5 millions d’euros de travaux dans la zone andine. Acteur devenu mondial, Bessac doit innover. La société investit chaque année jusqu’à 3 % du chiffre d’affaires en recherche et développement. La dizaine de personnes employées dans le bureau d’études interne est là pour concevoir le matériel et élaborer les méthodes de chantier. Dans les ateliers, les différents services, mécanique, chaudronnerie, hydraulique, électrique et automatisme, se relaient pour la fabrication et l’assemblage des tunneliers. Pas moins d’une quarantaine d’ingénieurs, spécialisés en mécanique, génie civil, et géotechnique permettent à l’entreprise de réaliser ses nombreux projets à la fois industriels et sur chantier. Et Bessac continue d’embaucher…

Ces efforts ont valu à la PME plusieurs prix. En 2013, elle a reçu l’International Tunneling Association avec un matériel inédit et spécifique conçu pour un chantier à Hong Kong. Pour raccorder un tunnel réalisé au tunnelier à un tube existant, le marché prévoyait la démolition et le remblaiement de celui-ci sur 140 m. Du fait de fortes contraintes géologiques et environnementales, Bessac a développé une Tunnel Dismantling Machine basée sur le principe du tunnelier à confinement par air comprimé. Elle vient de terminer un tunnelier de 6,28 m de diamètre qui va servir à creuser un ouvrage souterrain de la 3e ligne de métro de Minsk (Biélorussie). En France, son plus important projet est un tunnel long de 3,2 km pour le chantier du tramway de Nice.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

200 salariés, 80 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2015.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X