Territoires

Besançon Le quartier Vauban connaît ses premiers promoteurs

Fin janvier, l’Alsacien GCM et le Bourguignon Roger Martin ont commencé la démolition des anciennes casernes Vauban, à l’exception de trois bâtiments qui rappelleront l’histoire militaire de ce site de 7 ha, en bordure du centre-ville. Leur chantier de neuf mois va générer 40 000 tonnes de gravats, qui seront recyclés dans les remblaiements et voiries.

Par la même occasion, le concessionnaire CM-CIC Aménagement foncier a annoncé le choix des premiers promoteurs-constructeurs d’une tranche initiale de 370 logements et de 410 m2 de bureaux et commerces. Avec le même architecte (Reichen et Robert & Associés), Immobilière Comtoise, LinkCity (ex-Cirmad) et Edifipierre réalisent un programme mixte en entrée de quartier. Des volumes imbriqués les uns dans les autres et étagés jusqu’à six niveaux identifient différents usages : une résidence intergénérationnelle de 69 logements, une quarantaine de locatifs sociaux, de l’accession libre et des bureaux.
Alter Immo réalisera pour sa part environ 40 logements en accession à la propriété et quelques commerces, le long de la future trame verte, dont l’équipe de maîtrise d’œuvre urbaine (Lollier Ingénierie, Linder Paysage et Milani Beaudoin) fait l’élément structurant du quartier. SMCI transforme l’ancienne infirmerie en une quinzaine d’appartements en accession à prix abordables et deux maisons familiales, et construit par ailleurs 45 logements. Un quatrième projet, de 80 unités, devrait prochainement être confié à Icade.

Trois tranches pour 800 logements.

Les promoteurs prévoient de consulter les entreprises dans la seconde moitié de cette année, en vue de premières livraisons début 2018. De son côté, l’aménageur s’apprête à attribuer les lots réseaux secs et voirie, pour 2,7 millions d’euros de travaux.

Le quartier Vauban totalisera 800 logements et 6 000 m2 tertiaires, en trois tranches. La dernière ne devrait pas démarrer avant 2021, « le temps pour le marché local d’absorber l’offre à laquelle notre projet participe à hauteur d’environ 80 logements par an pendant une décennie », indique Philippe Lartaud, chargé du projet chez CM-CIC Aménagement foncier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X