Régions

Besançon HDL maîtrise l’énergie de son siège

Mots clés : Efficacité énergétique - Energie renouvelable - Marché de lénergie

Habitat et Développement Local (HDL) du Doubs veut faire de son nouveau siège social, rue du caporal Peugeot à Besançon, une vitrine de la basse consommation pour les collectivités locales. Spécialisé dans l’accompagnement des projets de réhabilitation de l’habitat, l’opérateur a transformé une ancienne école en bureaux candidats au label Effinergie.

Une isolation complète du bâtiment, y compris le plancher, promet une consommation annuelle d’énergie primaire (chauffage, rafraîchissement, ventilation et éclairage) de 43 kWh et un coût d’exploitation de 3,30 euros par m2.De la laine de bois sur l’ensemble de la toiture limite l’entrée de la chaleur en journée et la disperse la nuit. En plus d’une isolation par l’intérieur et l’extérieur, les façades sont protégées par des brise-soleil et des stores perforés.

Un pôle départemental de l’habitat

Maître d’œuvre de son propre projet, en collaboration avec l’architecte bisontin Jean-Michel Lhomme, HDL s’est appuyé sur le bureau d’études Image et Calcul et sur les conseils de l’association jurassienne Ajena, animatrice des appels à projets basse énergie du conseil régional de Franche-Comté.

La géothermie verticale a été choisie pour limiter les rejets de gaz à effet de serre. Une ventilation double flux rafraîchit et/ou réchauffe les locaux, grâce à des diffuseurs au plafond.

L’opération, d’un coût de 3,5 millions d’euros, a suscité le regroupement de trois autres organismes parapublics partenaires, comme HDL, du conseil général du Doubs. L’agence départementale d’information sur le logement (Adil), l’association départementale d’aide au logement (Adal) et l’agence immobilière à vocation sociale (AIVS) partagent les 1 800 m2 de bureaux, ainsi qu’un centre médico-social du conseil général. Ce dernier a financé l’étude thermique préalable et subventionné les heures de travail des entreprises d’insertion qui ont réalisé la majeure partie des travaux pendant trois années.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X