Régions

Besançon Energies renouvelables en travaux pratiques au lycée

Mots clés : Education - Energie renouvelable - Formation continue - Marché de lénergie

Huit candidats au bac professionnel « Electrotechnique, énergie et équipements communicants » achèvent l’installation d’une éolienne au lycée Montjoux, à Besançon. L’électricité produite par la génératrice de 600 W éclairera une salle de classe. Lauréat du challenge libre 2008 organisé par Cégélec et subventionné par Oséo, ce projet pédagogique a occupé les élèves à partir d’octobre dernier, depuis les études jusqu’à l’installation. L’électricien bisontin Somega apporte son assistance technique. « Avec 120 élèves en formation initiale dans les filières électrotechniques et en formation continue, un certificat de qualification professionnelle de technicien en énergies renouvelables, le lycée participe au développement de la filière en Franche-Comté, des concepteurs aux poseurs », expose le proviseur.

Kit solaire

Le lycée n’en est pas à sa première expérience. Le système de production des 80 m2 de panneaux photovoltaïques en toiture (onduleur, armoire électrique, suivi informatique), sert de support aux cours. Un kit solaire permet aux élèves d’apprendre à installer un panneau solaire pour la production d’eau chaude. L’année prochaine, une classe d’élèves électriciens posera des panneaux photovoltaïques sur une école au Bénin.

Lancé en 2006, le plan de solarisation du conseil régional équipe onze lycées, totalisant 400 m2 de panneaux photovoltaïques. L’approche est plus éducative qu’économique. La région n’étant pas reconnue comme productrice d’énergie, l’électricité est consommée sur place. Au lycée Montjoux, elle représente 1 % de la consommation annuelle. « Les architectes, bureaux d’études et entrepreneurs locaux se forment concrètement grâce à la diversité des installations en toiture-terrasse, sur une couverture en tuiles, en façade ou sur des abris à vélos », explique le conseil régional. Pour généraliser ce plan aux 63 lycées publics franc-comtois, la collectivité envisage de mettre des toitures à disposition d’investisseurs privés, moyennant une redevance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X