Territoires Gironde

BDM humanise la sécurité pour les détenus hospitalisés

Le Centre hospitalier spécialisé (CHS) de Cadillac (Gironde) et la direction interrégionale des services pénitentiaires de Bordeaux viennent d’ouvrir une Unité hospitalière spécialement aménagée (Uhsa). Ils ont confié au groupement Mas (entreprise générale) et au cabinet d’architectes bordelais BDM la conception-réalisation de ce programme aux contraintes multiples : une unité psychiatrique dans une enceinte pénitentiaire. L’Uhsa de Cadillac, livrée cet été, est la 8e Uhsa de France. Sa conception doit tenir compte des doubles contraintes carcérales et psychiatriques, tout en conservant le niveau de confort et de sécurité maximal pour les patients et les soignants.

« La psychiatrie est un pan de notre activité pour laquelle nous avons de nombreuses références, explique Joël Maurice, gérant de BDM. Les patients accueillis dans les Uhsa ne souffrent pas nécessairement de pathologies aussi lourdes que dans les UMD [unités pour malades difficiles], mais il s’agit ici de détenus en soins. Il faut dès la conception apporter beaucoup d’attention à la sûreté des lieux, pour les patients et soignants : éviter les aspérités, crochets de patère où se pendre, bannir les vitrages classiques, les revêtements stratifiés et matériaux cassants qui peuvent devenir des armes dangereuses. Pour que le traitement psychiatrique fonctionne, il faut que les soignants soient à l’aise et que les patients soient accueillis dans un cadre sécurisant. » Un cadre humanisé donc où les vitrages blindés remplacent les barreaux, où les faux plafonds soient indémontables, une organisation de l’espace sans angle mort pour que tous soient en covisibilité. Et où transparences, lumière naturelle et organisation de l’espace proposent un lieu de vie et de soins aussi normal que possible.

Système en double enveloppe.

Seconde particularité, le système s’organise en double enveloppe : l’extérieure est gérée par l’administration pénitentiaire avec un niveau de sûreté identique à celui d’une prison (murs hauts de 5 m, barbelés, antigrappins, chemin de ronde, vidéosurveillance). « Faire de l’architecture avec ces ingrédients est un vrai défi. Sur le mur d’enceinte nous avons utilisé des bétons gravés pour avoir un motif végétal discret, mais sans dépasser 5 mm d’aspérité, afin d’éviter toute possibilité d’escalade. » L’enveloppe intérieure, l’unité de soin à proprement parler, dépend exclusivement du CHS de Cadillac, et les patients y sont pris en charge par le personnel médical spécialisé : « Avec la lumière naturelle, le choix des couleurs, le design, nous avons fait en sorte que les détenus patients aient une liberté de mouvement maximale, avec accès à une cour de promenade, à l’espace restauration, qu’ils puissent se poser sans se sentir surveillés. C’est la condition pour que les soins puissent être prodigués, soient efficaces, et que ces patients puissent aller mieux. »

BDM est associée dans cette conception-construction à l’entreprise Mas (Pau) et au cabinet bordelais Ragueneau-Roux qui a géré la phase chantier. Sont intervenus les bureaux d’études ATCE (structure) et OTCE Aquitaine (fluides). Un programme de 16 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X