Autres

Batinor, une boîte en or

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide - PME

La PME de l’Artois résiste à la crise en soignant ses clients… et ses salariés. Elle s’apprête par ailleurs à lancer un logiciel de gestion des commandes.

A califourchon sur une fusée qui met les gaz, un petit personnage d’animation répondant au nom de RUok – à lire à l’anglaise : « Are you OK ? » – semble nous dire : « Allez ! On se retrousse les manches et on y va ! » Il y a dans cette figurine quelque chose de Bernard Krzyzak, même si le fondateur et président de Batinor est tout en discrétion. « La première chose à faire en temps de crise ? Investir », nous confiait-il en novembre dernier alors que nous lui annoncions que son entreprise s’était vu décerner le Prix Moniteur de la construction 2015, catégorie gros œuvre, pour la région Nord. Depuis, les témoignages se sont multipliés pour confirmer la pertinence de cette distinction. Qui a travaillé un jour avec Batinor en garde visiblement un souvenir ému.

Ascenseur social.

« Nous nous efforçons d’apporter aux petits chantiers l’offre globale et la qualité de service que les majors apportent aux grands », aime à répéter Bernard Krzyzak. La comparaison s’arrête là. L’intérim et la sous-traitance ne sont pas dans les habitudes de ce spécialiste de la rénovation de l’habitat minier (tous corps d’état), qui assume ses prix « un peu plus chers » en retour d’un haut degré d’exigence à tous les stades de la relation client. Très peu de turnover dans cette PME détenue à 20 % par ses cadres et au sein de laquelle l’ascenseur social fonctionne : le premier salarié de Batinor est aujourd’hui responsable de la facturation, le deuxième conducteur de travaux. Arrivé pour sa part en 1999 à ce poste, Michel Boulinguez est devenu en 2007 le directeur général de la société. « Nous avons chaque année quatre à cinq apprentis dans nos équipes, qui peuvent espérer une embauche en CDI si leur stage se passe bien », précise-t-il. Ce que nos patrons ne disent pas, c’est que depuis la création de Batinor à Haillicourt (Pas-de-Calais) en 1989, sa direction s’est fait un point d’honneur à n’engager aucune procédure de licenciement.

La recette pour connaître une croissance régulière et passer la crise sans encombre ? Batinor a su fidéliser des partenaires (Maisons & Cités, Pas-de-Calais Habitat, Logis 62, SNCF Réseau…), décrocher des certifications (amiante, notamment), se déployer géographiquement en ouvrant une agence à Calais ou encore se diversifier dans le secteur industriel… Une gestion très fine de ses stocks lui permet également d’intervenir de façon spécifique sous 24 heures.
Et RUok alors ? Un logiciel de gestion des commandes, développé en interne sur une dizaine d’années et bientôt commercialisé. Vous envoyez simultanément vos messages à vos fournisseurs et à RUok et ensuite, celui-ci s’occupe de tout : questionnaire adressé à vos interlocuteurs, relance automatique des retardataires, etc. Vous êtes ainsi informé en temps réel de l’état de vos achats. RUok peut également être utilisé par le service clients (validation de documents), le service qualité (enquête de satisfaction) et même pour un événement. C’est ainsi que RUok a géré les invitations à la soirée organisée par Batinor pour célébrer l’obtention de son Prix Moniteur. On a pu vérifier la fiabilité de l’outil : la salle était comble.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

8,5 millions d’euros de CA.
74 salariés.
0 licencié depuis 1989.
8 à 10 mois de commandes.

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X