Autres Gros œuvre / Lauréat Nord

Batinor investit pour contrer la crise

Mots clés : Gros oeuvre

Dans un Béthunois exsangue, Batinor apporte la preuve que la crise n’est jamais une fatalité. Depuis sa création en 1989 par son président Bernard Krzyzak, la société a connu une croissance régulière, que la crise a à peine freinée. « Au contraire, c’est dans ces moments-là qu’il faut investir », estime son président. Le principal savoir-faire de la maison ? La rénovation de l’habitat, notamment occupé. Maisons & Cités, le bailleur du bassin minier, est son plus gros client. « Nous nous efforçons d’apporter aux petits chantiers l’offre globale et la qualité de service que les majors apportent aux grands », relève Bernard Krzyzak.
Batinor travaille d’ailleurs depuis dix ans au développement d’un logiciel de gestion maison, que son président entend commercialiser. « Nous avons 2 à 3 chantiers poumons par an, de 40 à 80 logements, à côté desquels nous faisons de l’intervention rapide grâce à un stock qui nous permet de répondre sous 24 h à une demande spécifique », explique Michel Boulinguez, directeur général. Entré dans la boîte en 1999 en tant que conducteur des travaux, il est le symbole d’une PME qui connaît peu de turn-over et fait fonctionner l’ascenseur social. La formation est un des chevaux de bataille de Batinor, qui compte toujours dans ses rangs 4 à 5 apprentis, qui peuvent espérer une embauche en CDI si le stage se passe bien. Après avoir ouvert une antenne à Calais, Batinor vise désormais un développement dans le secteur industriel.

Batinor :
Ruitz (62)
74 salariés
8,5 M €

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X