Enjeux

Bâtiment : la reprise est enfin là !

Mots clés : Monde du Travail

La conjoncture s’inverse après huit ans de crise. Mais les marges des entreprises restant faibles, la relance de l’emploi ne devrait pas intervenir avant 2017.

Après huit ans de crise, le bâtiment reprend enfin des couleurs. « Mais cela ne profite ni à l’ensemble des régions, ni à tous les segments », a déploré Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB) lors de son point d’activité le 30 mars. La dynamique est avant tout portée par le logement neuf. Dans l’individuel diffus, les ventes sont en hausse depuis le début 2016 (+ 13 % en glissement annuel sur 12 mois). Dans le collectif, elles affichent une progression de près de 18 % sur l’ensemble de 2015. Cela se traduit, compte tenu des délais de production habituels, par une accélération des permis et mises en chantier où les volumes de logements autorisés et commencés progressent respectivement de 31 % et 9 % en glissement annuel sur trois mois à fin février 2016.

Reste que le mouvement constaté dans le collectif ne se retrouve pas sur le marché de l’individuel avec des mises en chantier (-2 % en glissement annuel sur trois mois à fin février 2016) et des permis en progression (+3 %). L’organisation patronale prévoit la mise en chantier d’environ 380 000 logements en 2016 (+10 %). Quant au non résidentiel neuf, le marché redémarre avec une amélioration constatée plus rapide que prévue : +9 % des surfaces autorisées et la quasi-stabilité pour les mises en chantier. Et c’est encore le marché de la rénovation qui inquiète. « Aujourd’hui, ni l’essor des ventes dans l’ancien, ni les mesures en faveur de la transition énergétique ne parviennent à véritablement redynamiser le marché », reconnaît le président de la FFB.

Les défaillances d’entreprise stabilisées.

Les longues années de crise ont fragilisé l’appareil de production. Le bilan 2015 de l’emploi s’avère plus mauvais que prévu : 36 100 suppressions de postes, contre 30 000 annoncées en décembre dernier. Le redémarrage de l’intérim laisse toutefois présager une amélioration de la situation que la FFB espère pour 2017. La belle résistance des entreprises avec une stabilité des défaillances en 2015 s’est faite au détriment des prix, toujours très bas, et d’une diminution des marges dont l’évolution reste « actuellement insuffisante avec une tendance à replonger », selon la FFB.

Ne pas casser les mesures positives.

« Que ce qui fonctionne ne soit pas touché », prévient Jacques Chanut, citant les dispositifs Pinel, PTZ élargi, éco-PTZ, crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), programme Habiter mieux… « Et plutôt que d’installer une obligation de travaux de rénovation énergétique qui n’aura d’effet que de bloquer le marché, il vaut mieux des incitations, comme ouvrir le crédit d’impôt aux résidences secondaires », ajoute-t-il, en insistant sur la nécessité de ne pas entraver la reprise par une concurrence déloyale, voire illégale.

Plus d’informations sur www.lemoniteur.fr/conjffb

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X