Edito Coup de griffe

Bassin minier Tour

Rues désertes. Rideaux de fer baissés. Nous ne nous trouvons pas à Bruxelles en état d’alerte maximale mais au cœur d’un territoire inscrit depuis 2012 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco : le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Bruay-la-Buissière, 26 000 habitants, arrondissement de Béthune, peut s’enorgueillir d’un des plus anciens corons de la région : la cité des Electriciens – choisie pour servir de décor au tournage des scènes les plus caricaturales du film « Bienvenue chez les Ch’tis » -, qui fait actuellement l’objet d’un vaste chantier de réhabilitation en lieu culturel et touristique. Bruay-la-Buissière abrite aussi un stade-parc et une piscine Art déco, inaugurés durant le Front populaire et classés Monuments historiques. L’aventure du Relais, cette association d’insertion par l’économie sociale et solidaire, spécialisée dans le recyclage textile et créatrice de Métisse, un isolant durable pour le bâtiment, est également partie d’ici.

Bref, Bruay-la-Buissière a du matériel. Pourtant, son centre-ville se meurt, nonobstant les efforts de rénovation urbaine. Y déjeuner en semaine s’apparente à une opération de survie. « Et encore, c’est pire le week-end, déplore le sympathique patron du seul bar-brasserie qui propose un plat du jour. Pas un client ! Ils vont tous à Porte Nord. » Une zone commerciale créée en 2006 à l’emplacement d’un terril. On appelle ça de l’aménagement concerté.
Dans cette photographie sépia de la « France périphérique » décrite par le géographe Christophe Guilluy, un des enjeux des élections régionales : quel futur en dehors des métropoles ? A Bruay-la-Buissière, notre patron de café n’en voit aucun. Il a acheté son commerce il y a deux ans à peine mais va le remettre en vente. Et partir. « J’ai peur de l’avenir », lâche-t-il avec gravité, alors que nous sommes encore à la veille des attentats du 13 novembre. Question : si tout le monde rentre dans son terrier, qui sera là pour accueillir les cars de Japonais qui, demain, prolongeront leur visite du Louvre-Lens par un « Bassin minier Tour » ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X