Territoires

Bas-Rhin Le programme Quartier Plus sélectionne dix-sept projets

Clos sur le papier, le programme Quartier Plus 67 se déplace désormais sur le terrain de la mise en œuvre. Dix-sept projets regroupant en tout 2 300 logements ont été retenus. « Le bilan est très bon au regard des exigences de critères particulièrement élevées », estime Etienne Wolf, vice-président habitat du conseil départemental du Bas-Rhin. Le label Quartier Plus suppose de monter le programme en ZAC, d’en réserver 50 % à l’habitat social en locatif et en accession, de réaliser des projets intergénérationnels, de respecter les objectifs de densité des documents cadres d’urbanisme (plans locaux d’urbanisme, schémas de cohérence territoriale), ou encore d’opérer un aménagement vertueux inspiré de l’AEU (Approche environnementale de l’urbanisme) préconisée par l’Ademe. « Autant d’objectifs qui ne vont pas de soi dans le territoire visé – le département du Bas-Rhin hors l’Eurométropole de Strasbourg -, c’est-à-dire des zones où le pavillonnaire est très dominant », insiste Etienne Wolf.

En outre, pour contrecarrer la flambée du foncier, Quartier Plus plafonne le prix de cession des terrains pour le locatif social (maximum actuel : 190 euros HT par m2 plancher). Mais le déficit d’opération qui peut en résulter est pris en charge par le conseil départemental à hauteur de 50 %, plafonnés à 500 000 euros. En amont, la collectivité finance la moitié des études, jusqu’à une limite de 80 000 euros.

Cinq opérations finalisées.

Alors que le premier appel à projets remonte à 2010, les opérations ne commencent à sortir de terre qu’à présent. Dans un contexte immobilier devenu moins porteur, les initiateurs du programme ont voulu prendre leur temps, en fixant des étapes de pré-labellisation puis de labellisation une fois le projet défini avec précision, avant la signature d’une convention sur la durée d’opération. Cinq dossiers ont atteint aujourd’hui le stade de la labellisation complète : les quartiers Thurot à Haguenau et Scierie à Brumath (plus de 1 100 logements à eux deux) et les bourgs plus modestes d’Oberhoffen-sur-Moder, de Duppigheim et de Wœrth. Dans ce dernier, une résidence pour seniors enclenche depuis mi-février le projet de revitalisation du centre-ville, qui comprendra de l’habitat classique ainsi que des commerces et services.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X