Architecture Façade

Bardage brûlé, bardage préservé

Mots clés : Bardage

Certains ramènent de voyage des photos, d’autres des idées.

C’est le cas de Victor Outters, directeur associé du groupe nordiste Sylvagreg, une entreprise générale du bâtiment spécialisée dans la construction et la réhabilitation de l’habitat. Fasciné par le bardage en bois brûlé des maisons traditionnelles japonaises, il a décidé il y a deux ans et demi de lancer en France la production d’un bardage chic et résistant produit selon cette technique du shou sugi ban . Noirdebois, filiale du groupe Sylvagreg, était née.

Brûler le bois en surface lui offre une protection contre les champignons lignivores et les insectes xylophages, et protège contre les attaques du temps. Le matériau obtenu est donc hydrophobe et imputrescible. Le brûlage stabilise le bois et limite les déformations (retrait ou gonflement) liées au milieu extérieur. « Nous n’avons pas des décennies de recul, mais les tests de vieillissement réalisés par le laboratoire FCBA sont très encourageants », se félicite Hubert Hamy, le responsable commercial de l’entreprise.

Du douglas des forêts françaises. La mise au point de la « recette », consistant à enfourner, via des racks de roulement, d’épaisses lames de bois dans un grand four très chaud (entre 500 et 800° C) pendant quelques minutes, aura demandé un an à Noirdebois, avec l’assistance des ingénieurs bois du groupe Sylvagreg. « Nous maîtrisons aujourd’hui le temps de passage et la température », précise Hubert Hamy. Après « cuisson », le bois – essentiellement du douglas purgé d’aubier issu des Vosges et du Massif central – peut être brossé pour créer des formes et teintes différentes, et/ou huilé. Son coût le place entre le milieu et le haut de gamme.

La première commande avait été passée en 2015 pour la résidence d’artistes de la fondation Pinault. Située à Lens, elle est installée dans un ancien presbytère qui avait… brûlé. Depuis, plusieurs architectes se sont emparés de ce noir matériau, utilisable en extérieur mais aussi à l’intérieur. Pour y accrocher, par exemple, ses photos de voyage ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X