Enjeux

Balkans occidentaux : priorité aux infrastructures

Aidés par des fonds et des prêts européens, les sept pays de cette région tentent de se mettre à niveau pour réussir leur intégration ou leur entrée dans l’Union européenne.

Petits marchés pris isolément, les sept pays des Balkans occidentaux (1) – Albanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro et Serbie – constituent ensemble une région de 22,25 millions d’habitants située à quelques heures d’avion de Paris et que le BTP hexagonal aurait tort de négliger. D’autant que pour se mettre à niveau, dans la perspective d’une future adhésion à l’Union européenne ( voir carte ci-dessus ), ces Etats multiplient les projets d’infrastructures (transport, énergie, services urbains), d’équipements touristiques et de rénovation des centres-villes… Ces futurs chantiers sont pour la plupart cofinancés par des fonds européens de l’Instrument d’aide de préadhésion (IAP), ainsi que de prêts des institutions financières internationales, telles la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd). Un soutien qui rassure les entreprises étrangères, dans une zone où règnent encore corruption et instabilité politique.

Boosté par ces aides, mais aussi par d’importants investissements privés dans le tourisme et la rénovation des capitales, le BTP se montre très dynamique dans l’ensemble de ces pays, qu’ils soient candidats à l’UE (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Macédoine, Monténégro et Serbie) ou déjà membre (Croatie). Les entreprises étrangères y ont toutes leurs chances, notamment sur les exigeants projets autoroutiers, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires et d’énergie, définis comme prioritaires par la Commission européenne dans le cadre de son Connectivity Agenda. Ce dernier vise à améliorer les réseaux de transports et d’énergie à l’intérieur des Balkans occidentaux ainsi qu’avec l’UE. Les projets sont financés via le Cadre d’investissement pour les Balkans occidentaux (Cibo), un mécanisme géré par la Commission. Elle coordonne l’action de tous les grands bailleurs de fonds, aussi bien des prêts des institutions financières internationales que des aides non remboursables, y compris les fonds de l’IAP. Les exemples de projets financés dans ce cadre sont nombreux : la ligne de chemin de fer entre Durrës et Pogdarec en Albanie qui fait le lien avec la Macédoine (220 M€) ; la réhabilitation de la ligne ferroviaire Vorë-Han i Hotit en Albanie (127 M€) ; la construction du corridor ferroviaire sur les portions Samac-Sarajevo, Doboj-Maglaj, Jelina-Zenica en Bosnie-Herzégovine (128,8 M€) ; le corridor routier R2a VC entre la Croatie et la Bosnie (130 M€)…

Allemands et Autrichiens en pole position. Pour prendre part à ce juteux marché, de sérieuses références internationales et une solidité financière sont indispensables. Des critères que peu d’entreprises locales sont en position de satisfaire. Résultat, la majorité des chantiers sont encadrés par des sociétés étrangères. À ce jeu, les Allemands et les Autrichiens sont les plus forts, loin devant les Français. Pour les entreprises hexagonales, la porte d’entrée dans les Balkans reste la Serbie, pays le plus peuplé de la région (7 millions d’habitants) et plaque tournante de l’économie régionale. C’est aussi l’Etat le plus francophile. Vinci, Bouygues et Egis y ont des filiales. Ce sera bientôt le cas de Fayat, Dalkia, Tellos et NGE. A partir de la Serbie, ces entreprises rayonnent dans toute la région. Mais attention, passer d’un pays à l’autre n’est pas évident. Pour Jasmin Buco, directeur exécutif des Autoroutes de Bosnie-Herzégovine, la condition sine qua non pour partir à la conquête de ces mystérieux Balkans est « la bonne connaissance de chaque pays de la zone ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Tels que définis par l’Union européenne.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X