Territoires

Bâle- Les études avant les coûteux travaux du RER transfrontalier

Mots clés : Transport collectif urbain

Bâle veut créer un réseau de type RER qui puisse ignorer les frontières avec la France et l’Allemagne, et capter une meilleure part des 100 000 déplacements quotidiens de l’espace trinational qui concentre sept AOT (autorités organisatrices de transport). Mis bout à bout, les volumes de travaux dépasseront 2 milliards d’euros, à lancer entre la fin de cette décennie et la première moitié de la prochaine. Auparavant, quatre à cinq ans d’études techniques seront nécessaires.

Traversée souterraine du centre-ville. Leurs premiers appels d’offres, début 2016, concerneront le chantier majeur du Herzstück, traversée souterraine de Bâle-centre sur 5 km, programmée dans sa variante de tracé la plus directe pour 1 milliard d’euros. Le projet bénéficie d’un crédit d’études de 28 millions des deux cantons de Bâle, qui ont délégué la maîtrise d’ouvrage à Agglomeration Basel. Cette association, où siègent les collectivités des pays limitrophes, pilote en parallèle la conception d’une offre de transport transfrontalière. « Le schéma repose sur un triple cadencement : toutes les 5 minutes au cœur de Bâle, au quart d’heure dans le reste de la ville, à la demi-heure au-delà. Les études préliminaires ont conclu à sa faisabilité, à condition de créer des infrastructures supplémentaires », explique Patrick Leypoldt, directeur d’Agglomeration Basel.
Outre Herzstück, les principaux dossiers sous maîtrises d’ouvrage diverses sont l’électrification de la ligne Hochrhein vers Lörrach (Allemagne) et le raccordement ferroviaire de l’aéroport Bâle-Mulhouse chiffré à 220 millions.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X