Réalisations

AWP Musée des insectes et observatoire Carrières-sous-Poissy

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

Une douzaine de folies colonisent progressivement le parc du Peuple de l’herbe qui ouvrira ses portes en septembre. Leur système constructif et leur forme empruntent aux cabanes de pêcheurs et pavillons alentour. Premières à sortir de terre, le musée des insectes et l’observatoire.

Inscrite dans une boucle de la Seine, la ville de Carrières-sous-Poissy a de quoi séduire, avec ses dizaines d’hectares de nature et d’étangs reconquis sur d’anciennes sablières. Aménagé avec mesure par l’agence Ter, ce paysage en friche à forte valeur écologique – il est répertorié à l’inventaire ZNIEFF * – s’apprête à devenir un grand parc naturel récréatif ouvert au public. Alors que les grues et engins de chantier s’activent sur ce territoire (sur l’un de ses flancs pousse un écoquartier de 48 ha aménagé par ANMA), deux silhouettes ont émergé dans le parc. Il s’agit du musée des insectes et de l’environnement et de l’observatoire, un peu esseulés aujourd’hui, qui préfigurent la douzaine de folies – buvette, théâtre, aire de glisse, totems, etc. – qui s’égrèneront sur le site, au rythme des investissements de la communauté urbaine.

Imbrication des volumes

Ce programme de constructions a fait l’objet d’une maîtrise d’œuvre distincte, confiée à l’agence de reconfiguration territoriale AWP associée aux architectes de HHF (Bâle). Dans cette nature inspirante « entre terre et eau, friche et ville », les architectes ont procédé, pour la conception, par hybridation des typologies d’habitat alentour. Ils proposent un système constructif simple, des portiques préfabriqués à ossature légère épousant une forme basique à deux pentes. Leur dessin fait référence aux pittoresques cabanes de pêcheurs qui ont colonisé les berges des étangs, aux barges qui sillonnent la Seine, ou encore aux maisons pavillonnaires de la banlieue francilienne, bien présentes dans la commune. S’il est un moyen de rationaliser la construction des folies, ce...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 250 du 20/04/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X