Régions Toulouse

Avec Occitanie Tower, le projet Teso voit très haut

Le bâtiment qui identifiera le programme d’aménagement urbain Toulouse Euro Sud-Ouest (Teso) a désormais un nom : Occitanie Tower. Le 15 mars, le projet présenté par la Compagnie de Phalsbourg, l’architecte Daniel Libeskind et l’agence Kardham Cardete Huet à l’occasion du Mipim a été désigné comme « lauréat pressenti » de la consultation lancée par SNCF Immobilier et Toulouse Métropole pour la construction d’une tour de 150 mètres sur le site de l’ancien centre de tri postal de la gare Matabiau.

Redessiner le quartier Matabiau. Une période de négociation exclusive de trois mois va être engagée avec la Compagnie de Phalsbourg. Elle portera sur les conditions de l’offre, du projet et du partenariat. La désignation définitive du lauréat interviendra ensuite. Le premier immeuble de grande hauteur (IGH) toulousain, dont le coût est estimé à 130 millions d’euros, sera la porte d’entrée du projet Teso. Conduit par l’architecte catalan Joan Busquets, le programme doit redessiner le quartier de la gare Matabiau sur un foncier de 135 hectares.

L’opération, dont la réalisation s’étalera jusqu’en 2030, est chiffrée à près d’un milliard d’euros. Elle comprendra 300 000 m² environ de bureaux et d’activités tertiaires, 40 000 à 50 000 m² de commerces et de loisirs, et 2 000 m² de logements. Objectif : bâtir un véritable quartier d’affaires dans la perspective de la mise en service de la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse.

150 000 voyageurs quotidiens en 2030. Le chantier sera réalisé en trois phases, précise la Spla Europolia, maître d’ouvrage délégué. La première, de 2017 à 2020, sera consacrée à l’aménagement de la gare Matabiau, la libération de plusieurs emprises ferroviaires, la refonte des accès à la gare routière, la réorganisation des abords du canal du Midi et le réaménagement de deux axes de circulation (boulevards Pierre-Semard et Bonrepos). Entre 2020 à 2024 doivent être livrés les premiers programmes de bureaux, avant l’arrivée de la LGV Bordeaux-Toulouse et le lancement des travaux du nouveau pôle d’échanges multimodal (PEM). La fréquentation devrait passer de 50 000 voyageurs par jour aujourd’hui à 150 000 à l’horizon 2030, date prévisionnelle de la mise en service du nouveau PEM.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X