Territoires Lille

Avec Le Quai des Canotiers, Nacarat raconte l’histoire des Rives de la Haute-Deûle

Depuis 2004, le quartier des Rives de la Haute-Deûle a entrepris sa mutation. L’aménagement de cette ZAC de 24,5 ha située à l’ouest du centre-ville, confié par la Métropole européenne de Lille (MEL) à la Soreli, laisse progressivement place à un quartier moderne et durable, porté par l’attractivité d’Euratechnologies (140 entreprises, 3 000 emplois).

Jean-Pierre Pranlas-Descours, urbaniste en chef de la ZAC, a d’ailleurs été mandaté pour étudier l’élargissement du périmètre d’origine à 50 ha et une densification du programme initial, qui pourrait passer de 152 000 à 200 000 m2 (quelque 700 logements devraient être construits d’ici à 2020). Il faut dire que les Rives de la Haute-Deûle bénéficient d’un environnement de choix : le quartier est une île cernée par deux bras de la Deûle. L’eau devient dès lors un élément fondateur du projet urbain, les berges aménagées offrant des kilomètres de promenade.

C’est dans ce cadre que Nacarat vient de lancer avec Loginor l’opération « Le Quai des Canotiers » : 54 appartements du T2 au T5 labellisés Effinergie + et 1 200 m2 de surfaces commerciales, conçus par l’architecte Charles-Henri Tachon, qui auront une vue imprenable sur le futur port de plaisance de la métropole.

Sur un air de guinguette.

Dès le départ, Nacarat a pris une part active au développement des Rives de la Haute-Deûle, une opération devenue au fil des ans un des fleurons de la dynamique urbaine lilloise. A ce jour, le promoteur a livré trois programmes : Euratechnopolys, qui héberge notamment l’IBM Services Center Lille ; Urbawood, un bâtiment à ossature bois réalisé dans des délais d’exécution record ; Oscillium, des logements en accession privée et locatif social. En attendant Lomme 3 et ses 5 000 m2 de plateaux fonctionnels répondant au niveau d’exigence des majors des NTIC.

« Néanmoins, Le Quai des Canotiers est un projet à part, n’hésite pas à affirmer Thomas Lierman, directeur général adjoint de Nacarat. Il raconte une histoire. » Celle de la place de la Gare d’eau et de son café Le Barboat, dont Le Quai des Canotiers a pour objectif de faire un espace de convivialité, dans un esprit guinguette. Pour ce faire, Charles-Henri Tachon a dessiné des bâtiments au socle solide et aux façades de briques massives, créant ainsi un espace qui permet le développement d’une activité sociale. Pour créer une destination, il fallait encore une adresse. La réhabilitation du Barboat remplira cette mission. La livraison de l’ensemble est annoncée pour la fin 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X