Territoires Alpes-Maritimes

Avec l’Eco-vallée, Nice à la conquête de l’espace

Créée en 2008, l’opération d’intérêt national Eco-vallée est passée à l’heure de la réalisation des chantiers : 1,3 million de mètres carrés sont à bâtir dans les dix ans.

Terre agricole qui s’est transformée en zone périurbaine au développement anarchique au fur et à mesure du déclin de l’agriculture, la plaine du Var renoue enfin avec un projet d’aménagement à long terme. Identifiée en 2003, dans la directive territoriale d’aménagement des Alpes-Maritimes, comme « secteur stratégique », à même de porter un projet de redynamisation économique du territoire azuréen, cette réserve foncière est devenue en 2008 une des plus vastes opérations d’intérêt national (OIN) en France. Son périmètre s’étend en effet sur près de 10 000 ha entre mer et collines, couvre 15 communes de la basse vallée du Var et représente un bassin de vie de 116 000 habitants. Le projet d’aménagement prévoit de faire « muter » 450 ha à terme avec une capacité constructive de 3 millions de mètres carrés. « Dans le cadre d’une première phase de développement à dix ans, seule une centaine d’hectares vont être aménagés avec au total près de 1,3 million de mètres carrés à bâtir », précise Christian Tordo, le président de l’établissement public d’aménagement (EPA) Plaine du Var.

Le temps des travaux.

Huit ans après la création de l’établissement public et cinq ans après la signature du protocole financier entre l’Etat et les collectivités pour couvrir les déficits de la première phase d’aménagement – un temps administratif relativement court pour ce type de projet -, l’heure des chantiers a sonné. Préalablement, près de 100 millions d’euros ont été investis par l’Etat et les collectivités pour protéger la basse vallée du Var du risque d’inondation et des débordements du Var, fleuve dont les crues peuvent s’avérer dévastatrices, comme en 1994.
Sur cet espace à forts enjeux urbains et environnementaux, la Ville de Nice et la métropole, présidée par Christian Estrosi, sont largement parties prenantes du projet d’aménagement. En 2013, le premier grand équipement structurant à voir le jour dans le périmètre de l’OIN a été l’Allianz Riviera, porté par la Ville de Nice. L’enceinte sportive va entraîner dans son sillage l’émergence d’un écoquartier de 100 000 m² et la création par la Métropole Nice Côte d’Azur de la ligne 3 du tramway, entre l’aéroport et le quartier Saint-Isidore.
Pour l’EPA Plaine du Var, les projets se concentrent sur deux secteurs stratégiques : la ZAC du Grand Arénas (49 ha) et la ZAC Nice Méridia (24 ha pour un premier secteur opérationnel), confiées respectivement à Josep Lluis Mateo et à Christian Devillers. La maîtrise foncière de ces ZAC (95 % pour le Grand Arénas, 60 % pour Nice Méridia) permet à l’établissement public de lancer des appels à projets sur différents îlots et de vendre des droits à bâtir pour financer ensuite des travaux d’aménagement. Cinq projets de bureaux et de logements ont été attribués au cours des derniers mois à des groupements de promoteurs-concepteurs et devraient sortir de terre en 2018-2019.
Plusieurs bâtiments d’enseignement et de formation sont également programmés dans Nice Méridia. Maîtres mots de ces opérations : la qualité architecturale – les architectes à pied d’œuvre dans la plaine du Var sont Jean-Michel Wilmotte, Architecture Studio, Marc Barani, Jean Nouvel, Nicolas Laisné, l’agence Scau, etc. – et la performance environnementale, dans le cadre de la labellisation EcoCité. Signe de la montée en puissance des opérations et de la taille critique atteinte par le projet, l’EPA va lancer en fin d’année un macrolot de plus de 60 000 m² dans Nice Méridia.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une future zone urbaine

10 000 hectares dont 450 ha mutables
116 000 habitants 15 communes dans le périmètre
10 000  entreprises
60 000 emplois
3 millions de m² constructibles, dont 1,3 million en première phase
2 milliards d’investissements privés et publics prévus sur la période 2011‑2026
380 millions d’euros pour le premier protocole financier
750 000 m² à construire dans la ZAC du Grand Arénas
347 000 m² de capacité constructive pour la ZAC Nice Méridia
70 000 à 80 000 m² Surface du projet de parc des expositions dans le Grand Arénas

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X