Enjeux

Avec Inch, vous ne verrez plus le syndic comme avant

Mots clés : Gestion immobilière

La jeune pousse propose une solution qui vise à améliorer la communication et les relations entre résidents et syndics.

Plusieurs éléments permettent de repérer un secteur porteur pour une start-up. L’un d’entre eux est bien connu : il vaut mieux intervenir sur un marché où les clients sont très insatisfaits du bien ou du service existant. L’exemple typique est celui d’Uber, pour les taxis. Sans avoir spécialement suivi ce principe, la jeune pousse Inch, basée à Paris, a créé une solution pour que les syndics de copropriété et gestionnaires de patrimoine communiquent mieux avec leurs résidents. Or, il n’aura échappé à personne que les responsables de syndics sont rarement présents au palmarès des personnalités préférées des Français. C’est notamment pour aider la profession à sortir de cette ornière qu’Inch a mis sur pied sa solution.

« Inch travaille à la création d’un outil en ligne pour s’informer sur le suivi des travaux. »

En quoi consiste-t-elle ? En une plate-forme permettant notamment aux résidents de signaler rapidement l’existence de problèmes au sein de leur copropriété (panne d’ascenseur, etc. ). Cette plate-forme, en interface avec les logiciels de gestion immobilière, est aussi en mesure d’informer ces mêmes résidents, en temps réel, de ce que fait leur syndic pour les résoudre : contacter un professionnel du bâtiment, demander un devis ou se rendre sur place. « Les syndics qui font du bon travail ont du mal à le montrer à leurs clients, explique Thibaut Favre, cofondateur d’Inch avec son cousin Pierre-Etienne Favre. La plupart de leurs interventions passent inaperçues. » Pour rendre leur système plus efficace, les deux entrepreneurs ont veillé à créer un produit simple d’utilisation. « Les résidents sont informés par des technologies accessibles, SMS ou e-mail, explique Thibaut Favre. Il n’est pas nécessaire d’être un féru de technologie pour utiliser Inch. »

Fluidifier les relations sociales dans les copros. En l’espace de deux ans, l’offre de la jeune pousse a en tout cas séduit de nombreux gestionnaires. Aujourd’hui, plus de 14 000 immeubles fonctionnent avec elle, soit 500 000 lots. L’un des derniers clients en date est Cogedim Gestion et Services (Altarea Cogedim). La société vient d’adopter Inch pour les 230 immeubles qu’elle gère, soit 6 000 lots. « Cette plate-forme nous permet de fluidifier la communication entre les résidents et nous, explique François Denoyer, directeur général de Cogedim Gestion et Services. Ainsi, nous travaillons plus sereinement et notre prestation est mieux reconnue et valorisée. » La start-up, hébergée par Immobilier de demain, un incubateur géré par l’agence Paris & Co, s’est donnée pour objectif d’équiper, avant la fin 2017, trois millions de lots. Le déploiement à l’international va être engagé, notamment vers la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Inch étoffe également sa palette d’offres. Elle travaille à la création d’un outil en ligne qui permet d’effectuer le suivi des travaux en mettant en lien l’assureur, l’expert métier, les résidents… Autre projet en cours : une solution d’intelligence artificielle pour répondre automatiquement à des demandes d’habitants.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

2014

2014 Création.

500 000 lots concernés par la solution de Inch.

14 000 immeubles.

20 salariés.

ENCADRE

Prometteuse - L'avis de l'expert

« Il y a une forte demande sur le marché sur lequel Inch est présent. De nombreux grands comptes sont en phase de test sur ce genre de solutions. Toutefois, la dimension business to business comporte un risque, celui de voir un grand groupe décider de changer de solution subitement. Il ne faut pas non plus oublier que de nombreuses start-up ont investi ce créneau, avec des solutions pas toujours très différenciantes. Des rachats sont à prévoir. In fine, ce sera probablement la jeune pousse ayant réalisé le plus de levées de fonds qui s’imposera. »

Thomas Le Diouron, cofondateur d’Impulse Partners.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X