Enjeux

Aurélien Bellanger, écrivain grand-parisien

L’auteur fait du héros de son nouveau livre, publié le 12 janvier, l’inventeur, exalté mais fictif, de la métropole.

Du Grand Paris, on connaît les contours géographico-administratifs, comme les plans de son futur métro. Mais sait-on finalement qui en est à l’origine ? L’homme pourrait s’appeler, par exemple, Alexandre Belgrand, comme le suggère Aurélien Bellanger. L’écrivain consacre ainsi son troisième roman, intitulé « Le Grand Paris », à inventer un inventeur à la métropole. Il retrace l’itinéraire de cet enfant privilégié, qui traverse la petite couronne d’ouest en est, depuis une banlieue aisée des Hauts-de-Seine jusqu’aux quartiers désolés de Seine-Saint-Denis. Et qui fait étape au palais de l’Elysée.

Architectes extatiques. Formé à l’urbanisme, le jeune Belgrand est brillant et exalté, franchement orgueilleux quand il s’exclame, après les émeutes qui suivent la mort de deux adolescents en 2005, que « la ville moderne [est] morte à Clichy-sous-Bois et [qu’il est de son] devoir de la réparer ». Aurélien Bellanger façonne là le conseiller ès architecture fictif d’un président de la République réel. Jamais nommé, ce dernier est, avec ses attitudes guerrières et sa syntaxe accidentée, très reconnaissable. En digne héritier d’Eugène Belgrand, qui offrit à Paris ses égouts, Alexandre veut, lui, amplifier la capitale en creusant de nouveaux tunnels, cette fois dédiés à un métro. Le président s’empare alors du projet et annonce le lancement d’une consultation sur le Grand Paris devant un parterre d’architectes extatiques. La scène est véridique. Elle s’est jouée en 2007, lors de l’inauguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

« Le processus actuel semble révéler qu’entre la banlieue et Paris, quelque chose existe déjà. »

Angoisse du déclin. Aurélien Bellanger admet une part « documentaire, mais pas sérieuse » dans son roman. Ni architecte, ni urbaniste mais philosophe de formation, cet écrivain « obsédé par le rapport des Français à la modernité » se souvient en tout cas du concours du Grand Paris comme d’un moment « ultra-excitant » dans une ville qui était alors taraudée par l’angoisse du déclin. Quant à l’espace métropolitain, qui peut paraître une entité tellement abstraite, il en a une vision plutôt claire.

« Très prosaïquement, j’ai fait du vélo et aussi beaucoup couru… Je suis tout simplement sorti de Paris et j’en connais les alentours. » Né en 1980, Aurélien Bellanger a grandi dans l’Essonne et se sent « banlieusard dans l’âme ». Peut-être même grand- parisien. Toujours est-il qu’Alexandre Belgrand, son personnage, « essaie de se penser comme cela, même s’il est difficile de revendiquer cette appartenance un peu vague, reconnaît l’auteur. Mais le processus actuel semble révéler qu’entre la banlieue et le centre de Paris, quelque chose existe déjà. »

Alors quand on objecte que le Grand Paris, après tout, ne sera peut-être qu’un système de transport, l’écrivain se dit « séduit par la modestie de la chose, de ce véhicule souterrain et donc invisible, qui va créer de la vie autour des gares. J’aime assez que la politique ait, là, été dépassée par le techno. » Le romancier nourrit de toute façon une passion pour les infrastructures. Son précédent livre, « L’Aménagement du territoire », narrait d’ailleurs une épopée du TGV. Aurélien Bellanger rêverait même de voir rouvrir le Musée national des travaux publics, fermé depuis des lustres. S’en imaginer le nouveau conservateur est un scénario qui l’amuse.

« Le Grand Paris » d’ Aurélien Bellanger, aux éditions Gallimard, collection Blanche, parution le 12 janvier, 22 euros.

Le 16 février, la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, proposera un après-midi de lectures, projections et débats autour du roman. Inscriptions indispensables sur le site www.citechaillot.fr

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X